PROPHÉTISE
CONTRE
LES NATIONS

Un livre de fin-des-temps par Ronald Weinland

Ap 10:11

Chapitre 3
APÔTRES ET PROPHÈTES



JE VOUS PRIE DE FAIRE preuve de patience à mon égard au début de ce chapitre, puisque je vais commencer avec un peu de mon histoire personnelle. Je n'aime pas beaucoup parler de moi-même, spécialement lorsque c'est au sujet de Dieu, Son Fils, et Son mode de vie. Trop souvent, lorsque les gens parlent de Dieu, et en particulier les prédicateurs ou ceux qui se considèrent très religieux, la tendance de la nature humaine est de se gonfler d'importance personnelle devant les autres. C'est comme d'utiliser la pratique ultime du "name-dropping", qui est de lancer des noms connus pour impressionner et obtenir l'appui des autres.

Je déteste ces choses, et par conséquent, j'ai eu la tendance d'aller à l'extrême opposée, dans un effort de m'assurer autant que possible de ne pas attirer l'attention sur moi. Cela fait maintenant 34 ans que je suis ministre – un serviteur de Dieu. Ce fut une œuvre et un honneur que j'ai toujours pris sérieusement et sobrement, mais ce fut toujours accompagné d'un sens profond d'accomplissement et de joie passionnée. En conséquence, le but fut toujours de tourner l'attention des autres vers Dieu et Jésus-Christ, là où elle doit être centrée.

Depuis longtemps, j'ai été béni de pouvoir facilement reconnaître la nature humaine. Je comprends parfaitement que la seule raison pour laquelle j'ai été capable de la voir si clairement, c'est grâce au fait que je vis exactement ce qui a été décrit dans le chapitre précédent au sujet d'une nouvelle création – une autre création spirituelle au cœur de la pensée elle-même. Cette capacité ainsi que d'autres que j'ai reçu, viennent de ce que Dieu m'a donné, alors que Lui et Son Fils sont à l'œuvre par la puissance du saint esprit pour transformer – pour changer complètement – ma façon de penser.

Comme expliqué auparavant, Dieu ne peut pas produire ce processus par décret; ni l’amener instantanément à l'existence. Cela nécessite le plein gré de celui ou de celle à qui c'est offert, provenant de leur choix personnel, et la personne doit être remplie d'un désir profond de vouloir connaître un changement complet de vie et de pensée ; qui va d'une manière de vivre centrée sur l'objectif d'obtenir, à une manière de vivre centrée sur l'objectif de donner; et de l'égoïsme, à un amour tourné vers les autres.

Depuis 1969, j'ai été béni de faire partie du petit nombre, qui au cours des 6000 ans passés, ont réellement vécu cette création et sa puissance à l'œuvre dans ma propre pensée. Comment partager cette expérience avec les autres pour qu'ils puissent commencer à comprendre ce dont je suis en train de parler? C'est ma conviction profonde, que ce que je suis en train de partager commencera à raisonner chez un grand nombre de gens, qui recevront l'aide dont ils ont besoin pour commencer à voir ce qui doit maintenant changer en eux et dans le monde entier, alors que Dieu est en train d'intervenir pour apporter ce changement.

C'est pourquoi je prends un peu de temps pour expliquer les choses qui me sont arrivées, et la différence profonde qu'elles ont apporté à ma façon de penser, qui est maintenant dans l'unité avec celle de Dieu. Dieu va maintenant offrir le même processus au monde entier, et ce sera pour tous ceux qui seront bénis de vivre dans le Millénaire.

Le "changement" que j'ai vécu, est que d'autres pourront vivre aussi, est décrit par le premier apôtre pour le monde païen, Paul, qui déclare, "Ne vous conformez pas à ce monde, mais soyez [devenez] transformés par le renouvellement de votre pensée" (Romains 12:2).

Le mot "transformés" vient du mot grec "metamorphoó" utilisé pour décrire ce "changement". Ce mot est à l'origine d'un autre mot "métamorphoses", utilisé en biologie pour décrire le changement complet de corps et de composition qui produit un papillon.

C'est un verset absolument incroyable que nous trouvons dans Romains. Il s'agit du processus d'une nouvelle création, par lequel Dieu est réellement à l'œuvre au cours de longues années, pour produire le changement dans la pensée de quelqu'un – de transformer "comment" la personne pense et raisonne, en quelque chose de complètement différent.



Le Commencement d'une Transformation

Au début de mon adolescence, la guerre du Vietnam battait son plein. À cette époque mon rêve était de devenir un pilote de ligne commerciale, et à l'âge de 15 ans, j'ai conduit du nord-ouest du Kansas, où j'avais grandi, jusqu'à l'aéroport de Denver, au Colorado, pour parler aux compagnies aériennes, afin de découvrir ce que je devais faire pour mieux me préparer à réaliser ce rêve.

C'est à cette époque que j'ai appris qu'il me fallait obtenir une éducation au collège, et que souvent on pouvait "prendre un peu d'avance" en s'engageant dans l'Air Force pour devenir pilote de chasse. Ceci devint donc mon objectif. J'étais pressé. J'ai travaillé dur pour obtenir mon diplôme dans notre petite école supérieure en trois ans, au lieu des quatre ans normalement requis. Après avoir accompli cela, je suis allé faire deux années dans un collège local. C'est ce qui est classé comme un collège junior, offrant un diplôme d'Arts Associés, et pas un diplôme complet découlant de quatre années universitaires.

Encore une fois, la guerre du Vietnam battait son plein et les événements étaient constamment présents dans les actualités. Juste après mes 17 ans, lorsque je commençais le collège, je découvris ce qui était appelé ROTC (Reserve Officers' Training Corps [Corps Juniors d'Entraînement des Officiers de Réserve]). On pouvait s'inscrire à ce programme dans certaines des universités ou des collèges les plus importants, et cela pouvait aider à payer pour les deux dernières années de collège, en même temps que cela nous préparait comme candidat, pour entrer dans une branche de l'armée comme lieutenant.

Avant même d'avoir décidé que je voulais devenir pilote, j'avais toujours voulu dès l'enfance, m'engager dans l'armée. Bien avant de m'être concentré sur l'objectif de devenir pilote, je rêvais d'une carrière militaire, et d'avancer dans ce domaine aussi loin que je pouvais. Je n'aspirais pas seulement à devenir général, mais je voulais devenir un général à cinq étoiles.



L'intervention de Dieu

Pour donner suite au chapitre précédent, il est important de noter que Dieu œuvre dans la vie des gens d'une manière très particulière, pour les amener à un moment précis où Il va leur offrir l'opportunité d'entrer dans une seconde création. C'est le moment où Dieu "appelle" quelqu'un pour entrer dans une relation, au sein de laquelle Il va alors œuvrer EN eux – dans leur pensée, pour accomplir la première phase de cette nouvelle création. Au cours des 6000 ans passés, Dieu n'a complété cette œuvre qu'avec 144 000 personnes. Dieu n'essaye pas désespérément de "sauver" le monde, comme beaucoup semblent le croire dans les milieux religieux. Si c'était le cas, alors Il n'a certainement pas fait un très bon travail, mais Dieu accompli toujours ce qu'Il a décidé de faire.

Il serait bon de noter ici que le mot souvent traduit par "appel", vient d'un mot grec qui signifie "invitation". Quand Dieu attire quelqu'un et qu'Il commence à Se révéler Lui et Ses vérités à cette personne, Il le fait parce que c'est le moment où Il invite la personne à une participation volontaire et une œuvre pour le développement de Sa création dans leur vie. C'est une création qui va bien au-delà de l'existence physique, et qui potentiellement conduit à la vie d'esprit dans une existence qui dure éternellement.

Les 144 000 sont ceux que Dieu a choisi au cours de cette très longue période, avec qui Il a œuvré pour réaliser une transformation complète de leur pensée et de leur essence d'esprit. C'est la première phase de cette seconde création qui conduit à la deuxième phase, lors de laquelle ils deviendront alors esprit, en corps et en composition. Ceci n'est encore arrivé à aucun d'entre eux, jusqu'à ce qu'ils soient ressuscités pour rencontrer Jésus-Christ à son retour et pour régner sur cette terre.

Dieu a œuvré directement avec chacune de ces personnes, les aidant à changer la façon de penser et de raisonner de leur "nature" humaine égoïste. Leur pensée a été changée pour en venir à une unité complète avec la pensée même de Dieu, qui elle personnifie Sa mentalité et Son être. Cela consiste à arriver à une unification complète de l'esprit avec Dieu, par la puissance de Son saint esprit à l'œuvre dans la pensée. C'est ici la première phase de la seconde création.

C'est uniquement quand cette transformation a été complétée, que la personne peut recevoir une résurrection à une vie éternelle, qui est de devenir esprit en composition. C'est la seconde phase de cette seconde création.

Avant d'être "choisi" pour recevoir cette vie qui dure-à-toujours dans un corps d'esprit, et avant que le processus de transformation de la pensée puisse même commencer, Dieu doit avant tout "appeler" la personne, ce qui est le moment où Il leur offre l'opportunité de Le "voir" (spirituellement) Lui et Ses voies – Sa vérité. Dieu commence alors à "attirer" la personne par Son saint esprit, et c'est seulement après cela, et suivant leur choix délibéré, qu'Il commencera à opérer un changement dans leur pensée pour les amener à une unité de pensée spirituelle avec Lui.

Beaucoup de gens pensent qu'ils n'ont qu'à "accepter Dieu" pour qu'Il puisse les "recevoir" dans une relation avec Lui. Ceci n'est pas vrai sur le plan spirituel.

Jésus-Christ a déclaré que personne ne pouvait venir à lui à moins que Dieu le Père l'attire (en premier lieu). Ceci souligne l'appel de Dieu, et Son implication personnelle dans la décision de choisir la personne avec laquelle Il va œuvrer. C'est exclusivement la volonté et le dessein de Dieu d'appeler qui Il veut, et quand Il veut les appeler.

Lorsque Dieu appel quelqu'un, il arrive très souvent que la personne se doive d'être humiliée avant de commencer à réellement L'écouter. Ce n'est que lorsqu'elle arrive à un point d'humilité d'esprit suffisant, qu'elle se trouve prête à écouter Dieu. Autrement, la nature humaine ne fait que résister.

Beaucoup de choses ont été écrites au sujet de cet appel, mais une écriture déclare simplement "Beaucoup sont appelés, mais peu sont élus". À cause de l'orgueil humain, ils n'ont pas tous embrassés ce que Dieu leur avait offert, et pour beaucoup d'autre, après avoir accepté, ils se sont relâchés et n'ont pas persévéré dans leur appel comme ils auraient dû le faire, eux aussi se sont retrouvés enflés par une certaine forme d'orgueil. Dieu ne force ni n'impose à personne, la transformation complète de la pensée. Cette création ne peut avoir lieu que par la volonté délibérée et un désir profond et continu de la part de celui à qui Dieu l'a offert.

L'histoire de Job (dans le Livre de Job), traite de ce sujet même. Job avait une grande fierté, et il lui fallut être humilié avant de pouvoir vraiment écouter Dieu. Son histoire dépeint une personne dont le désir de servir Dieu pouvait faire rougir tout le reste de l'humanité. Sur le plan physique humain d'obéissance envers Dieu, c'était un homme juste. Mais sur le plan spirituel, il ne l'était pas.

Il était extrêmement zélé et engagé dans son adoration et sa consécration envers Dieu, mais sa motivation était normale pour la nature humaine. Il était égoïste. Il n'était pas converti dans l'esprit de sa pensée. Il pratiquait machinalement l'adoration religieuse envers Dieu, mais il était rempli d'orgueil, d'autosuffisance, d'autosatisfaction, et de confiance personnelle. Dieu permit à Satan de prendre "tout" ce qui appartenait à Job, excepté sa vie et sa femme. Dieu S'est servi de la tentative de Satan à le pousser à maudire Dieu et Ses voies, comme moyen d'humilier Job, afin qu'Il puisse œuvrer avec lui sur le plan spirituel. En fin de compte, Job fut finalement converti et commença à connaître une transformation de sa pensée.



Confus et Incertain

C'est de cette manière que j'ai été appelé, puisque Dieu m'a humilié au cours d'une période de plusieurs mois, par des épreuves et des difficultés qu'il m'a fallu tout d'abord vivre, afin d'être disposé à écouter.

Pendant que j'étais au collège, je ne perdis pas de temps à m'inscrire au programme ROTC qui allait me conduire à servir comme pilote dans l'Air Force. Je me suis présenté à un certain endroit à l'est du Kansas, pour prendre les tests qui m'ouvriraient les portes de ce programme. En quelques mois, on me dit que j'avais été accepté et que je devais me présenter à un certain endroit pour commencer le programme d'entraînement, qui après avoir été complété, me permettrait d'entrer en université. À l'époque je savais que j'allais aller au Vietnam, et je voulais y aller. Un très bon ami à moi avait été recruté et était déjà là-bas, participant aux combats.

Je pensais que si j'allais là-bas me battre, j'aurais la possibilité de le faire d'une manière beaucoup plus efficace que de m'engager simplement à combattre avec un fusil ou une mitrailleuse, et j'aurais l'avantage d'y entrer en tant que lieutenant. Franchement, mon raisonnement était que si je devais m'engager à tuer un ennemi, un ennemi que les États-Unis déclaraient être le Vietnam Communiste du Nord, et les Vietcongs, alors j'aurais la possibilité de leur infliger de bien plus grands dommages, en pilotant un chasseur à réaction transportant une quantité énorme de puissance destructive.

Permettez-moi d'ajouter à cette histoire, que même si je m'en sortais bien pendant ces deux premières années de collège, parlant de mon éducation, mon cœur n'était pas centré sur l'éducation, mais sur les plaisirs de faire la fête avec les copains de collège. J'avais toujours un petit boulot pour payer mes frais pendant ces années, mais je gaspillais une grande partie de ce que je gagnais dans les fêtes et l'alcool, essentiellement la bière, et j'en consommais de grandes quantités. L'alcool a tendance à diminuer les inhibitions, et à créer un environnement insouciant, négligent, débridé et immoral.

Il serait bon de mentionner aussi que je n'avais absolument aucun intérêt pour la religion. Tout ce dont je me souviens, c'est que certains de mes amis étaient supposés être de bons Catholiques, certains étaient aussi des Méthodistes ou des Luthériens. Quant à moi, je n'avais aucune croyance réelle sur l'existence de Dieu. À l'occasion, certains avaient trouvé le moyen de me faire assister à des réunions d'église et même des études Bibliques pour jeunes adultes.

Lors de ces études Bibliques, beaucoup de mes questions ne trouvaient pas de réponses satisfaisantes, et n'avaient pour moi que très peu de sens, comme lorsqu'ils essayaient d'expliquer la définition de "l'âme" et ce qui lui arrive à la mort. Bien qu'ils croyaient ces choses, ils n'avaient pas de définition réellement significative pour expliquer leur croyance. Les choses étaient comme cela dans pratiquement tous les sujets discutés, c'est pourquoi j'ai arrêté d'y assisté, ne trouvant pas ces choses intéressantes de toute façon.

Le seul indice de croyance religieuse que je pouvais avoir à l'époque, était que "si" il y avait un Dieu, il aurait très certainement utilisé l'évolution et un "big bang" pour accomplir ce qu'Il avait fait dans la création. Au-delà de cela, je ne pensais vraiment pas qu'Il existait, et la vie ne se vivait qu'ici et maintenant.

Ceci commença à changer au cours d'une période d'un an, commençant alors que j'avais 18 ans (et sur le point de célébrer mes 19 ans), vers la fin de ma deuxième année d'étude. J'ai vécu alors quatre choses, proches l'une de l'autre, au cours d'une période de deux mois, qui se sont avérées avoir un impact très sévère sur ma vie. L'année qui suivie ces quatre événements, commença de manière inquiétante, mais elle changea dramatiquement vers la fin.

Permettez-moi d'ajouter ici que si ces quatre choses ne m'étaient pas arrivées, produisant ce genre d'impact sérieux dans ma vie, je n'aurais pas écouté quand Dieu commença à "m'appeler". Lorsqu'une personne commence à être "appelée" de Dieu pour recevoir l'opportunité de commencer une "nouvelle création", il est typique que la plupart du temps, elle doit tout d'abord être rendue humble.

Dieu ne peut œuvrer qu'avec une personne possédant un cœur et une pensée véritablement humble. La fierté et l'orgueil doivent avant toutes choses être assommés par des expériences difficiles et des épreuves. Si l'on n'est pas rendu humble, la tendance sera de résister ou de refuser Dieu, ou de tout simplement ne pas L'écouter.

Je ne suis pas 100 pour cent sûr de la séquence exacte des événements, mais je crois que c'est l'ordre dans lequel ils se sont déroulés. De toute façon, ils ont eu un impact énorme, et c'est ce qui est important ici.

Tout semblait aller exceptionnellement bien jusqu'à ce point-là. J'allais obtenir mon diplôme d'Arts Associés et je me préparais pour mes deux dernières années de collège, en parallèle avec le programme ROTC à l'Université du Kansas de l'est, et tout cela dans l'espoir de devenir pilote de l'Air Force. En plus de cela, les choses allaient si bien, que j'étais convaincu que j'allais pouvoir continuer dans mes plans, et probablement me marier en même temps. Ainsi, je me suis fiancé.

Puis un jour, je reçu de chez moi une terrible nouvelle. Mon ami, qui était au Vietnam, venait juste d'être tué. La nouvelle me frappa profondément. Je fus complètement bouleversé et frappé de l'aspect injuste de la vie. C'était là un jeune homme qui venait juste de commencer dans la vie, et voilà qu'elle lui était retirée. Tout semblait complètement absurde, et le prix payé provoqua des questions sur la validité de la guerre, et de savoir si les États-Unis était engagé dans une guerre qui allait vraiment apporter un changement dans le monde.

C'était ma première véritable expérience de la mort de quelqu'un qui m'était proche. Pour la première fois, j'ai commencé à me poser des questions sur la sens de la vie. Y a-t-il quelque chose après cette vie? Basé sur ce que je pouvais voir, la vie semblait vraiment futile. Oui, j'ai été secoué, ébranlé et sous le choc de cette expérience. J'étais tellement bouleversé ce jour-là, qu'une de mes tantes me donna deux Valium qui ont aidé à engourdir ma sensibilité.

D'une certaine manière, cette expérience me conduit à voir mon avenir quelque peu différemment, même si c'était à peine perceptible. Ceci devint une sorte de bataille dans mes pensées, parce que d'un côté j'avais des objectifs qui semblaient être sur le bon chemin, mais de l'autre, ma "façon de vivre" n'avait jamais fait partie de ma considération, et je pouvais bien voir que sur ce plan-là, certaines choses n'étaient pas bonnes.

Cette bataille s'intensifia au cours des six mois qui suivirent, produisant un va-et-vient entre me laisser aller à ma nature humaine en continuant de "faire la fête", et de réaliser que certaines choses devaient changer dans ma vie, particulièrement dans la "manière" que j'avais de la vivre. Je ne savais plus très bien quoi faire de ma vie, ou comment m'occuper de ce que je commençais à voir et ressentir.

Pendant cette période de six mois, je me sentais plutôt perdu. J'étais frustré par les choses que je voyais autour de moi, dans la manière dont les gens se traitaient les uns les autres, et comment je les avais moi-même traité jusque-là. Je commençais à "voir" mon égoïsme, et cela ne me plaisait pas. La mort de mon ami avait ramené ce genre de pensée à la surface, me poussant à considérer que la vie semblait profondément injuste, à cause de ce qui lui était arrivé. La vie était là, et tout-à-coup, elle avait disparu; l'expérience était finie pour lui.

Ainsi j'allais d’une façon d’être à l’autre, de moments où j’étais réaliste, où je pouvais clairement voir ce qui se présentait à moi, à des moments où je me laissais aller à nouveau à ma nature humaine charnelle, buvant et faisant la fête, vivant ma vie égoïstement.

Une semaine après les funérailles de mon ami, étant un peu plus lucide, pragmatique et réaliste au sujet de mon projet de mariage, et considérant où ce mariage me conduirait, je me mis alors à réaliser que la décision était insensée, pas vraiment la recette d'un bon ménage, et que cette union n'offrait pas la perspective d'un bon avenir pour l'un ou l'autre. Je décidai donc de tout annuler, juste deux semaines après les fiançailles.

La combinaison des funérailles et de ma courte période de fiançailles, fut difficiles à digérer. Je souffrais personnellement, et je faisais souffrir les autres. Je n'aimais pas ce que je voyais dans ma propre nature. Peu de temps après, je détruisis ma Mustang Cabriolet de 1966. Une nuit, rentrant chez moi, j’étais à près de dix kilomètres de là où je vivais, près du collège, je m’endormis au volant et la voiture sortit de la route. Immédiatement, je fus brusquement réveillé, et juste devant moi se trouvait un pont. Il était trop tard pour réagir, la voiture heurta le pont et fut catapultée dans les airs, la projetant dans des tonneaux, deux tours et demi sur toute sa longueur. Il est possible que la seule raison pour laquelle je ne fus pas tué au moment de l'impact, c'est que je fus projeté au plancher, où je suis resté pendant toute la durée de l'accident.

La carrosserie de la voiture fut littéralement pliée en deux, à près de 90 degré. Le prix de $300 que j'ai tiré de la casse, était juste suffisant pour me permettre d'acheter une autre voiture assez descente pour le prix. C'était une Volkswagen de 1959. D'avoir alors à conduire cette Volkswagen fut une expérience humiliante, pour un jeune homme de mon âge qui avait possédé une des plus belles voitures du collège.

Quelque chose d'autre arriva juste après l'accident et commença à affecter ma pensée. Probablement dû à la légère commotion que j'avais reçu, je peux vaguement me souvenir sortir de la carcasse accidentée et marcher jusqu'à une ferme située juste à côté du pont que j'avais heurté. Quand je suis arrivé à la porte, un fermier me reçut et m'offrit de me conduire à l'hôpital. J'avais la tête couverte de sang, parce que pendant l'accident, l'appareil radio-magnétophone stéréo à 8 pistes de la voiture s'était détaché du tableau de bord, et avait volé dans tous les sens pendant les tonneaux, me frappant la tête plusieurs fois, provoquant de multiples blessures. C'était un tabassage sérieux dont j'avais eu vraiment besoin, puisque cela aida grandement à faire entrer du sens commun en moi, même si cela restait très lent à venir.

Une fois dans son camion, il ralenti en passant devant la voiture accidentée et me posa une question qui, pour un moment, me terrifia. Il me demanda s'il y avait quelqu'un d'autre dans la voiture. Pendant un instant, je fus frappé de terreur parce que c'était peut-être le cas, la pensée d'avoir tué quelqu'un fut quelque chose d’horrifiant. Alors que nous étions sur le point de nous arrêter pour vérifier, il me vint soudainement à l'esprit qu'il n'y avait personne d'autre avec moi dans la voiture.

Le quatrième événement que j'ai vécu, avant que tout cela soit fini, fut que je reçus une lettre de l'armée m'annonçant que je n'avais pas besoin de me présenter au camp où j'étais censé commencer mon entraînement pour ROTC cet été-là. J'ai appelé un commandant, dont le nom figurait sur le formulaire, qui me répondit qu'il n'avait aucune connaissance à ce sujet, mais si j'avais reçu la lettre, je devais suivre ce qu'elle disait. Il me fut impossible d'apprendre de qui que ce soit ce qui était arrivé, mais ceci mit une fin à mon espoir d'entrer dans l'Air Force, et d'un jour devenir un pilote.



L'appel de Dieu

Un autre événement, près de six mois plus tard, m'aida finalement à reprendre contrôle de ma vie. J'étais toujours dans ce va et vient, entre faire la fête et une frustration extrême sur l'état de ma vie, et "comment" je la vivais. Je ne m'aimais pas beaucoup à cette époque-là, puisque je commençais à voir la réalité que ma nature humaine était égoïste. C'était quelque chose à quoi j'avais été aveugle jusque-là, et je n'aimais pas du tout ce que je commençais à voir plus clairement. Il n'est pas facile pour les gens de faire face à un genre de miroir, où ils se voient eux et leur égoïsme. Cependant, c'est quelque chose que tout le monde devra finalement arriver à voir. Sans cela, il nous est impossible de reconnaître ce que nous sommes et de prendre la décision de continuer sur ce chemin pour chercher l'aide dont nous avons besoin pour changer.

Alors que cette première période de six mois continuait, je me replongeais graduellement dans ma tendance à faire la fête et à boire énormément. Le collège que j'avais choisi était associé à une vie de fête intense et possédait un taux élevé de consommation de bière par nombre d'étudiants. Tout cela avait sur moi une mauvaise influence et je m'y laissais aller facilement. Nous avions coutume, mes amis et moi, d'aller danser le vendredi après-midi après les classes, dans un endroit où des groupes de musiciens venaient jouer, et là les étudiants buvaient beaucoup de bière, empressés qu'ils étaient de commencer un bon weekend. Souvent, la plupart étaient déjà bien intoxiqués autour de 6 heure du soir.

Un certain après-midi, j'étais d'assez mauvaise humeur. C'était un de ces moments où je pouvais voir ma nature humaine dans toute sa gloire – aussi bien en moi-même que dans les autres. Ce n'était pas beau à voir. Je n'avais pas le cœur à boire, et à cause de cela, aucune envie de danser, ce qui était très inhabituel pour moi. Il arriva un moment où cette aptitude à voir la laideur de l'égoïsme atteint son niveau le plus élevé. C’est alors que je regardais la personne que j'avais amenée avec moi, debout au milieu de la piste de danse. Elle dansait avec quelqu'un d'autre, et je vis alors quelque chose que je n'avais jamais vu.

Alors que je regardais, je vis en elle quelque chose qui reflétait la partie hideuse de la nature humaine égoïste. Elle ne prêtait aucune attention à la personne qui dansait avec elle. C'était comme s'il n'était pas là. Cependant il faisait exactement la même chose devant elle. Son comportement était simplement du nombrilisme. Elle était amoureuse d'elle-même, fascinée par sa façon de danser. Je regardais alors partout dans la salle, et vis la même chose très clairement chez les autres. Les gens étaient amoureux d'eux-mêmes, comme s'ils étaient les meilleurs danseurs sur la piste, et pas seulement cela, mais ils semblaient vouloir que les autres remarquent cela à leur sujet. C'était ce genre d'esprit. Ils s'aimaient eux-mêmes, et leur danse était pour eux-mêmes, essayant de se faire remarquer des autres.

La raison pour laquelle cela m'a frappé si durement, c'est que je me suis vu moi-même. J'étais comme ça. J'étais hideux. La nature humaine est telle que nous avons tendance à vraiment avoir une histoire d'amour avec le soi. Nous dorlotons le soi, nous élevons le soi, lui donnons ce qu'il veut, et voulons qu'il soit vu des autres comme étant beaucoup plus important et bien meilleur que nous le sommes. C'est un esprit qui s'écrie, "Je veux que les autres reconnaissent (qu'ils voient) combien je suis génial".

Je fus tellement dégoûté par ce que je vis, et par ce que je savais être en moi, que je me suis excusé pour vite retourner dans mon dortoir. Nous étions arrivés à la danse autour de 15h30, et je me préparais déjà à partir autour de 17h00. C'est quelque chose que je ne me serais jamais imaginé faire auparavant, mais j'étais complètement dégoûté de ma propre nature, et de la façon de penser que je pouvais alors clairement voir en moi.

Arrivant dans mon dortoir et pensant à ces choses pendant un moment, je fis quelque chose que je ne me souviens pas avoir fait depuis mon enfance; j'ai prié, et ce que je disais en essence, c'est que je ne savais pas, mais s’Il (Dieu) existait, je demandai qu'Il me montre, et qu'Il m'aide à entendre (à écouter), tout ce que j'avais besoin de savoir.

C'était directement après cette prière que je suis descendu dans la salle de récréation du dortoir, où quelques jeunes se rassemblaient après la danse avant de sortir à nouveau pour le reste de la nuit. Je parlais avec quelques-uns de mes amis, et avec certains que je ne connaissais pas. L'un d'entre eux était un footballeur, dont j'avais entendu parlé, mais que je n'avais pas encore rencontré. Commençant à lui parler, je vis très vite qu'il était complètement soul. Il se mit tout-à-coup à m'insulter de but en blanc. Je me tournai alors vers mes amis en haussant les épaules, ne sachant pas de quoi il s'agissait.

Me retournant alors vers lui, je n'avais pas remarqué qu'il avait déjà pris son élan et que son bras, dans un mouvement de balance rapide avec son poing bien serré, était dans une trajectoire de collision immédiate avec ma mâchoire. Je n'ai pas vu le dernier moment de l'action à l'impact de son poing. La force du coup me fit pivoter en arrière et m'envoya pratiquement au sol. Mon corps fut plié en deux et je me retrouvai à regarder droit au plancher. Immédiatement, je vis que du sang coulait de ma bouche et se répandait sur le sol.

Je quittai la salle pour monter dans ma chambre, cherchant à me nettoyer un peu. Plusieurs personnes me suivaient, voulant m'emmener à l'hôpital. Je répondis que non, mais soudain, les sensations commencèrent à revenir, me donnant de réaliser que je ne pouvais pas fermer ma bouche. Ma mâchoire avait subi deux fractures à 5 centimètres l'une de l'autre. Cette section de 5cm était totalement disloquée du reste de la mâchoire, et quelque peu proéminente, juste assez pour empêcher ma bouche de se fermer complètement.

À ce moment-là, j'ai accepté leur offre, et nous sommes partis immédiatement à l'hôpital. Il fallut appeler un dentiste, qui m'emmena dans son bureau cette nuit-là pour que ma bouche soit maintenue fermée par un fil métallique. Cela prit dix semaines à boire avec une paille, avant que le fil et les appareils puissent m'être retirés.

Il va sans dire que ma bouche avait été fermée, et que j'étais prêt à écouter. C'est à ce moment-là que j'ai commencé à entreprendre de grands changements dans ma vie, commençant à penser différemment au sujet de la direction qu'elle prenait. Je décidai de changer ma façon de vivre, et d'abandonner les fêtes et la boisson. Je commençais à "voir" plus clairement le genre de chose que j'avais besoin de faire pour réellement améliorer ma vie, et j'étais prêt à les faire. L'égoïsme commença à diminuer, et je devins plus attentif aux autres. Je ralentis considérablement ma manière de vivre, qui normalement était agressive, tapageuse et débridée.

C'était juste quelque mois après la guérison de ma mâchoire, et que ma nouvelle manière de vivre avait commencé à s'établir en moi, que je suis retourné dans ma ville natale, pour passer l'été à travailler. J'avais besoin de gagner suffisamment d'argent, pour pouvoir retourner au collège et continuer mes études supérieures. Il était environ 22h00 ce soir-là, quand je suis arrivé à la maison.

Avant de continuer à raconter ce qui est arrivé ce soir-là, alors que je me suis assis pour écouter les choses que mon père voulait me dire, une petite description de ma vie de famille pourra apporter un peu de lumière sur la raison pour laquelle j'étais surpris qu'il veuille même me parler, et bien plus encore du sujet qu'il voulait aborder.

J'ai grandis dans une famille dysfonctionnelle. Mon jeune frère, ma sœur et moi n'avions pas grands choses à nous dire. J'étais l'aîné. Chacun grandissait de son côté, puisque nous étions seuls à nous occuper de nous-mêmes. On nous donnait des corvées (choses à faire) qui devaient être accomplies chaque jour, et nous avons appris à veiller à ce qu'elles soient accomplies. J'ai eu un autre frère qui est né quand j'avais dix ans, il n'était donc pas là pendant ces années de ma vie. Quand j'ai finalement quitter la maison, il avait à peu près six ans, je n'ai donc pas vraiment eu le temps d'apprendre à le connaître pendant son enfance.

Entre huit et douze ans, j'avais beaucoup de travail à faire. Pendant l'été, il était de coutume de ramasser le foin. Je me souviens avoir appris à conduire un tracteur à huit ans. C'était un vieux John Deere et il n'avait qu'une vitesse de base pour avancer, lent déplacement. Un grand levier monté au plancher, devait être pousser vers l'avant, ce qui faisait avancer le tracteur. C'était une opération très simple. La pédale d'accélérateur était la seule chose qui changeait la vitesse, qui atteignait un maximum de 8km à l'heure. À l'époque, lorsque je conduisais le tracteur, on tirait un râteau circulaire qui rassemblait la luzerne après avoir été coupée et l'avoir laissé sécher pendant un temps, le râteau les rassemblait en ligne, pour qu'une ramasseuse-presse puisse passer pour en faire des bottes de foin.

Cependant, il nous fallait faire les corvées avant d'aller travailler dans les champs, ainsi qu'à notre retour des champs. Nous avions ces mêmes corvées à faire, avant et après l'école. Nous avions généralement entre trois et six vaches qui devaient être traites (à la main) le matin et le soir. Après avoir fini la traite, je devais séparer la crème du lait avec un séparateur à manivelle, qui produisait du lait écrémé, que nous utilisions pour nourrir plusieurs truies (des cochons femelles), lorsqu'elles avaient des petits.

Généralement, nous avions aussi des brebis à garder, bien qu'elles ne nécessitaient pas beaucoup de travail. Les vaches devaient être nourries. Mais le travail le plus difficile, c'était de nourrir les cochons, de tous le bétail c'était de loin ce que nous avions le plus. Nous avions souvent entre cinquante et cent cochons, et bien que je puisse me tromper, il est même arrivé que nous ayons autour de deux cent cochons à élever. Au cours de l'année, les truies donnaient toujours naissances à des portées de petits. Il fallait alors les garder dans des enclos séparés, pendant ces périodes, et évidemment, il fallait aussi les nourrir séparément chaque jour.

Une des corvées les plus dures, était de transporter de l'eau, que nous allions chercher dans un réservoir, qui lui était rempli de temps à autre par un camion; puisque nous n'avions pas d'eau courante, jusqu'au moment où nous avons déménagé de cette maison. Donc à cette époque, je devais transporter des seaux de 19 litres d'eau, allant et venant entre le réservoir et les abreuvoirs que nous utilisions pour donner à boire aux cochons. Cela me faisait faire plusieurs voyages aller-retour, pour remplir les quelques abreuvoirs. Si vous n'avez jamais soulevé un seau plein de 19 litres d'eau (ou deux), vous pouvez peut-être essayer un de ces jours, vous pourrez alors mieux apprécier cette partie de l'histoire. Si vous essayez cela, assurez-vous de les transporter sur une distance d'au moins trente mètres. C'était pour un enfant un travail très dur.

C'était pire pendant l'été, parce que les cochons avaient besoin de beaucoup plus d'eau pendant cette saison. Ainsi, j'ai vraiment développé une aversion pour les cochons. Mon seul regret c'est que mon père n'ait pas appris plus tôt qu'en ce qui concerne notre nourriture, le porc fait partie de la catégorie "impure". Dieu a donné des viandes pures, que le corps humain fut conçu pour pouvoir digérer et par lesquelles il peut être nourri, alors que les autres viandes, qui ne furent pas du tout créées pour la consommation humaine, sont impures. Il est clair que le monde ne s'intéresse pas à ce que Dieu dit, même lorsqu'il s'agit de nourriture qu'on devrait manger ou que l'on ne devrait pas manger.

Lorsque nous ramassions le fourrage pendant l'été, on produisait souvent quelques milliers de bottes de foin. Ce travail, à lui seul, était incroyablement dur, parce que pendant ces années, on le faisait à la main. On enfourchait les bottes alignées au sol, et les lançait sur le camion où elles étaient empilées pour les emmenés dans un autre endroit, ou elles étaient une fois encore jetées du camion et rassembler en des piles encore plus grandes.

Je mentionne cela parce que ces travaux n'étaient pas répartis de manière équilibrée, c'était plutôt quelque chose qui m'était donné de faire presque toujours tout seul, lorsqu'il s'agissait de prendre soin du bétail. Mon frère était trois ans plus jeune que moi, et avec le temps, certaines de ces choses commencèrent aussi à lui tomber dessus. Ce genre d'environnement n'était pas très équilibré pour un enfant, et ceci contribua à certain dysfonctionnement dans notre vie de famille.

Bien que cela n'était pas bien réparti, j'ai vraiment développé une éthique de travail solide, et j'en suis reconnaissant, puisqu'il apparaît qu'aujourd'hui on ne donne même pas aux jeunes les corvées ou les responsabilités les plus simples. En conséquence, ils ne développent pas une bonne éthique de travail, et ceci peut se voir facilement dans la main-d'œuvre d'aujourd'hui.

Ceci nous donne un genre de vue générale, pour montrer ce qui a créé une vie de famille dysfonctionnelle où l'interaction était limitée, mais le travail était énorme. Ainsi, lorsque je suis revenu à la maison pendant cet été là pour travailler dans la région, je reçu plutôt comme un choc, le fait que mon père voulait me parler, parce qu'en vérité, nous ne parlions que rarement l'un à l'autre lorsque j'étais enfant, à moins que ce ne soit au sujet du travail.

À mon arrivée, mon père voulait que nous allions dans la cuisine pour me parler de certaines documentations qu'il avait découvert et qui le fascinaient. Je m'assis et commençai à l'écouter parler de Dieu et des choses qu'il avait lu. Ceci me cloua au planché, pour ainsi dire, parce qu'il n'avait jamais mentionné Dieu pendant tout le temps de mon enfance, à moins que ce ne soit d'utiliser Son nom pour un juron. Donc, j'ai écouté.

Il avait reçu cette documentation de l'Église de Dieu Universelle, et tout ce qu'il avait lu était écrit par Herbert W. Armstrong, qui comme je fini par le "voir" et le croire plus tard, était un apôtre de Dieu. Mon père me parla d'un grand nombre des choses qu'il avait lu, certaines de ces choses sont aussi décrites dans ce livre. Il avait lu que l'époque où nous vivions était une fin-des-temps pour le règne de 6000 ans de l'humanité sur la terre, et que le Christ allait revenir à la fin de cette période pour établir une nouvelle ère. Il parla aussi d'autres choses comme le genre de tromperie qui existait dans les religions et des lois de Dieu qui avaient été ignorées par le Christianisme traditionnel, ainsi que des prophéties concernant les États-Unis, l'Europe et la Troisième Guerre Mondiale.

Il n'y a pas trente-six façons de décrire cela, qu’en disant tout simplement que je n'ai pas eu besoin de lire moi-même cette documentation, bien que je le fis plus tard, pour savoir que tout était vrai. La connaissance, la vérité et beaucoup de compréhension affluait tout-à-coup dans ma pensée, comme si j'avais toujours connu ces choses. C'était vraiment très impressionnant et très réel. J'ai alors commencé à lire cette documentation par moi-même, continuant avec d'autres publications. Alors que je lisais les écrits de M. Armstrong, la même chose se produisait. C'était quelque chose d'incroyable et de fascinant à vivre.

Ce n’est que plus tard que j'ai commencé à comprendre ce que j'avais vécu. Cela fait partie de ce qui fut décrit dans le chapitre précédent. C'est de cette façon que Dieu communique avec la pensée humaine. Il peut déverser Son saint esprit et révéler la véritable signification, et même la signification spirituelle de Sa parole directement dans l'essence d'esprit qui se trouve dans la pensée d'une personne, au moment où la personne entend ou lit Sa parole. Cependant, au début je ne comprenais pas ce qui m'arrivait. Un certain week-end après cela, quelques membres de ma famille vinrent nous visiter et j’entrepris de parler avec eux de ce que j'avais découvert.

Au début ils montrèrent un certain intérêt, parce qu'ils n'avaient jamais entendu parlé de ces choses, et me connaissant, ils étaient probablement un peu surpris, par conséquent, un peu plus disposés à écouter, tout comme j'avais été disposé à écouter mon père. Cependant, alors que j'essayais de partager ce qui était pour moi incroyablement fascinant, je découvris très vite qu'ils ne voyaient pas les choses de la même manière. Et non seulement cela, mais il devint évident qu'ils en avaient du dégoût. Cela me pris un peu de temps à découvrir qu'ils ne pouvaient pas "voir" ce qui m'avais été donné. La raison en est, que Dieu seul peut le donner.



La Capacité à "Voir" La Vérité

Il serait bon à ce point d'expliquer comment on peut avoir la capacité de "voir" la vérité. La pensée humaine ne peut pas recevoir la parole et la vérité de Dieu par sa propre capacité à raisonner et à étudier. Dieu seul peut la donner, et personne ne peut la recevoir à moins que Dieu la donne, car c'est de nature spirituelle. Le saint esprit de Dieu est la seule chose qui rende Sa parole vivante, et qui alors nous donne la capacité de réellement "voir" la vérité contenue dans les choses qui ont été écrites.

Autrement, quand que les gens examinent la parole de Dieu contenue dans les écritures, ils n'en arrivent qu'à leurs propres idées, croyances et leurs interprétations, qui découlent de leurs propres études, de leurs propres pensées et de leurs raisonnements.

C'est la raison pour laquelle tant d'organisations existent aujourd'hui, s'appelant elles-mêmes Chrétiennes, ayant développé toutes sortes de doctrines et de croyances qui n'existent vraiment pas dans les écritures. Les gens ont tendance à imaginer leurs propres idées dans ce qui est écrit. La parole de Dieu est très claire, il n'y a qu'une seule vérité, une seule voie, un seul évangile (la bonne nouvelle révélée dans l'écriture), une seule Église, une seule foi et croyance véritable. La nature humaine n'aime pas cette vérité, et généralement, elle devient défensive et belliqueuse lorsque ces choses sont suggérées.

Mais ce n'est pas une suggestion, c'est la vérité. Qui a raison? Pourquoi y a-t-il tant de doctrines divergentes, et pourquoi toutes ces organisations ne sont-elles pas d'accord les unes avec les autres? Beaucoup de doctrines et de croyances au sein du Christianisme traditionnel, sont en opposition directes les unes aux autres, et personne ne semble se soucier du fait qu'il n'y a qu'un seul Dieu, qu'une seule vérité, qu'une seule Église, et une seule foi, comme Dieu l'ait déclaré et souvent répété.

Paul décrit cette capacité à "voir" ce qui est vrai, dans sa première lettre aux Corinthiens. Il commence en expliquant que les hommes n'ont pas encore pu recevoir les choses que Dieu a préparé (planifié) pour eux, excepté ceux qu'Il a appelé.

"Mais Dieu nous [l'Église] les a révélées [Sa parole – les choses qui n'ont pas encore été données à l'humanité en connaissance et compréhension] par Son esprit [le saint esprit]. Car l'esprit sonde toutes choses, même les choses profondes qui sont de Dieu. Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l'homme, si ce n'est l'esprit dans l'homme [l'essence d'esprit placée dans la pensée de chaque humain] qui est en lui?" (1 Corinthiens 2:10-11a).

Il est déclaré ici, qu'une personne ne peut connaître et apprendre, que ce qui est sur le plan physique. Parce que l'essence d'esprit que Dieu a donnée à chaque personne, leur donne la capacité de mémoire, de penser, et de raisonner qui n'est possible que dans le domaine physique dans lequel ils vivent. L'homme n'a pas reçu la capacité de connaître de par lui-même, ce qui est esprit ou spirituel.

"De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n'est l'esprit de Dieu"

(Verset 11b).

Paul nous dit que les voies, la vérité et la parole de Dieu, ne peuvent être connues de personne, à moins que Dieu leur donne d'abord Son saint esprit, pour qu'ils puissent les "voir".

"Or nous [l'Église] n'avons pas reçu [accepté, assimilé] l'esprit du monde, mais l'esprit qui vient de Dieu, afin que nous puissions [soyons capables] de connaître les choses que Dieu nous a données librement, et nous en parlons [aux autres, ou avec les autres], mais non avec des discours qu'enseigne la sagesse humaine [non de l'interprétation, de l'étude ou du raisonnement de l'homme], mais avec ceux qu'enseigne l'esprit saint, employant [grec – comparant, élaborant] un langage spirituel pour les choses spirituelles. Mais l'homme naturel [la nature humaine au cœur du raisonnement humain] n'accepte pas les choses de l'esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c'est [c'est seulement] spirituellement qu'on les discerne" (verset 12-14).



Retour à Mon Histoire

Les choses qui m'avaient été données et que je pouvais alors "voir", sont arrivées au début de l'été de 1969, alors que je venais d'avoir 20 ans. Les choses que je continuais à lire, me menèrent à une conviction plus profonde que c'était ce que je voulais vivre. Je savais que c'était la bonne façon de vivre la vie, et le seul véritable mode de vie que l'humanité était supposée vivre. Ma façon de penser sur beaucoup de choses commença à changer, spécialement après que je fus baptisé et que je reçu la promesse de l'esprit Dieu, qui allait continuellement habiter et vivre en moi, au sein de ma pensée, pour accomplir en moi l'œuvre d'une nouvelle création.

Beaucoup vont connaître eux aussi les choses que j'ai connues. Lorsque Dieu donne à quelqu'un l'opportunité de "voir" ce qui est vrai pour la première fois dans leur vie, ils sont alors confrontés à des difficultés, et des décisions doivent être prises. Cela n'est pas facile, et ce n'est pas sensé l'être. C'est simplement que la nature humaine résiste à Dieu, et que ce n'est pas quelque chose de facile à saisir, encore moins à changer. Cependant, c'est quelque chose que chaque personne doit décider, une fois que Dieu commence à les appeler, et à leur révéler la vérité qu'ils n'ont jamais connue auparavant.

Pour ceux qui continuent à aller de l'avant et qui choisissent la voie de Dieu, ils connaîtront le même genre de choses que j'ai connues il y a tant d'années de cela.

Une des premières choses qui commença à changer dans ma pensée, fut de réaliser que j'avais besoin et que je voulais commencer à honorer les Jours Saints de Dieu et le Sabbat hebdomadaire. Je pris la décision de ne jamais plus travailler pendant aucun des jours de Sabbats de Dieu, hebdomadaires ou annuels, car c'est ce qu'Il a ordonné. Ceci conduisit au fait que Dieu commença à me révéler beaucoup plus de choses sur Son mode de vie.

Une des raisons pour laquelle j'ai raconté mon histoire montrant ma détermination à devenir un pilote de l'Air Force, et ma volonté de tuer et détruire le plus grand nombre d'ennemis possible, était de souligner le changement dramatique qui a suivi mon appel de Dieu.

Ma détermination à tuer et à faire la guerre changea rapidement. Je suis allé de la conviction à vouloir tuer autant de Viêt-Cong et de Vietnamiens du nord que possible, jusqu'à devenir un objecteur de conscience. C'est un changement de pensée extrême, allant d'un camp à son opposé, et certains considèrent cela comme de la lâcheté. Cependant, c'est très loin de l'être.

Certains peuvent penser que le changement d'opinion sur la guerre et l'armée, fut provoqué par la mort de mon ami. Ça n'est pas du tout le cas, parce qu'à la suite de cet événement, ma volonté de devenir pilote, se renforça d'autant plus que j'y voyais le moyen de tuer encore plus d'ennemis que je savais être responsables de la mort de mon ami proche. C'est Dieu qui changea ma pensée par le pouvoir de Son saint esprit. S'Il ne l'avait pas fait, ma pensée serait restée la même.

La guerre est la manière du monde, puisque c'est la seule manière de l'homme par son système, d'essayer de maintenir un certain genre de contrôle sur les populations ou les nations qui ne cherchent qu'à conquérir les autres, comme Hitler l'a fait pendant la 2ème Guerre Mondiale. Cependant, les guerres sont souvent une question de chercher à exercer une emprise sur des nations dans un motif égoïste, et souvent pour des raisons économiques. La guerre du Vietnam fut insensée. Elle n'a vraiment rien accompli de bon.

Ne vous méprenez pas, ce qui est dit ici sur la guerre et l'armée, n'a pas pour objectif de calomnier ceux qui ne connaissent pas le plan complet et le mode de vie de Dieu que tout le monde devrait vivre. Sur le plan physique, beaucoup ont servi dans l'armée au prix d'un grand sacrifice, s'adonnant à des actes de bravoure incroyables, et exerçant des qualités de caractères héroïques et nobles. C'est juste que ces choses sont futiles dans le genre de monde où nous vivons.

Les guerres en Irak, en Afghanistan et dans les pays du Moyen-Orient, sont futiles. Il n'existe aucun moyen d'assurer la paix pour ceux qui vivent ces régions du monde. Leur façon de penser est différente de celle des Américains et des Européens – très différentes. Les gens ne semblent simplement pas capables de vraiment saisir quelque chose d'aussi élémentaire; vous ne pouvez pas "donner" la paix, ni "imposer" la paix à ceux qui ne la veulent pas.

Les Nations Unies estime qu'à la fin de 2014, il y avait eu autour du monde, 59.5 millions de gens déplacés par les conflits et les guerres. La guerre civile en Syrie à elle seule, comptait 11.6 millions de ce total. Le nombre des réfugiés Syriens est maintenant à 3.9 millions, et de l'Afghanistan, à la seconde place, avec 2.6 millions de réfugiés. Le monde est vraiment malade.

Le service militaire et l'armée sont présentés de manière séduisante, même dans les jouets et les jeux vidéo, et on tire avantage du patriotisme, alors que les politiciens jouent avec la vie des gens de manière répugnante. La vérité et la honte de ces choses devraient être clairement visible, dans la façon dont ceux qui ont fini leur service dans l'armée sont si facilement abandonnés. Dans une grande mesure, ils sont oubliés. Les traitements et les soins médicaux pour les vétérans sont atroces et répréhensibles. Beaucoup trop nombreux sont ceux qui pour le reste de leur vie, souffrent de problèmes mentaux et psychologiques. En réalité, un très grand nombre deviennent sans-abri et sont oubliés.

Que dire du nombre de morts, des mutilations, des maladies à vie, des blessures invalidantes, des foyers brisés, des enfants sans père ou sans mère, des veuves ou des veufs, et de tant d'autres choses qui sont inclues dans le prix terrible et hideux de la guerre? Au cours des 70 ans passés, est-ce que les guerres ont rendu de monde meilleur? Ou, ont-elles au contraire exacerbé les problèmes qui existaient déjà? Si vraiment les guerres sont nobles et honorables, alors où est l'honneur qui devrait être montré à ceux qui ont exercé l'honneur dans leur service? Ils sont au contraire rapidement oubliés.

Dieu m'a révélé la futilité, l'arrogance, la destruction, les politiques et les manipulations, ainsi que le mal qu'est la guerre. Heureusement, Dieu va faire en sorte que l'humanité ne puisse plus déclencher aucune guerre insensée, après celle qui va bientôt venir, la Troisième Guerre Mondiale, puisque celle-ci sera la dernière. Dieu ne le permettra PLUS! Les 1100 ans prochains, seront une période de paix, de paix véritable, pas comme la paix que produit l'humanité.

Les choses qui commençaient à changer rapidement en moi, alors que Dieu m'appelait, n'était que le début d'un cheminement de toute une vie, d'un processus par lequel Dieu a œuvré à créer en moi une pensée différente. C'est une pensée qui est continuellement amenée à une plus grande unité, et un accord plus profond avec Lui et Son mode de vie. Je (et d'autres comme moi) ne suis en aucun cas parfait, mais des changements incroyables ont eu lieu dans ma façon de penser.



Les Ministres et l'Église

Comme je l'ai mentionné au début de ce chapitre, je ne fais pas partie de ceux qui aiment attirer l'attention, c'est pourquoi généralement j'évite de parler de moi-même. Cependant, à cause de ce que Dieu m'a donné à faire, je suis supposé parler des choses que Dieu et Christ ont fait dans ma vie, et de ce qu'Ils font en ce moment.

En plus d'inviter (appeler) une personne à prendre part à une nouvelle création spirituelle qui conduit à devenir esprit, Dieu appelle aussi certaines personnes parmi ceux qu'Il a invité, à devenir ministres pour servir ceux qu'Il a appelé. En 1981, j'ai été ordonné ministre de l'Église de Dieu. À cette époque, Herbert W. Armstrong était à la tête de l'Église de Dieu, sous la direction du chef de l'Église, qui est Jésus-Christ. Herbert W. Armstrong était un apôtre.

Qu'est-ce que c'est qu'un apôtre? Il est vraiment nécessaire de répondre à cette question, parce que ceci devrait représenter pour les gens la preuve claire de l'identité de l'Église de Dieu. Est-il possible qu'il n'y ait qu'une seule Église, qui soit la seule appartenant à Dieu? Vous avez besoin de répondre à cela ouvertement et sincèrement.

Vous n'avez probablement jamais entendu parler d'apôtres, en dehors du contexte des douze apôtres d'origines qui eurent la charge de l'Église de Dieu après qu'elle fut fondée en l'an 31ap.J-C. Le monde a perdu de vue cette connaissance, même dans les choses les plus simples.

La structure du ministère de l'Église de Dieu comprend différents niveaux de service. L'apôtre est celui qui est le plus élevé. Dans 1 Corinthiens 12:28, nous trouvons la liste des postes dans le ministère par ordre d'importance, "en premier, les apôtres, en second les prophètes, et en troisième, sont les enseignants". Éphésiens 4, présente l'ordre de cette liste d’une manière un peu différente, puisqu'il est écrit "apôtres, prophètes, évangélistes, pasteurs, et enseignants". Ils sont cependant tous des enseignants, mais ceux qui sont désignés comme des enseignants sont souvent organisés différemment, selon les besoins de l'Église, les services nécessaires dépendant de l'endroit et du moment.

Il se peut que vous ayez entendu parlé des autres termes utilisés au sein du Christianisme traditionnel, tels que pasteurs ou même évangélistes, bien que très peu ont jamais utilisés le terme de prophète. Cependant, personne n'utilise le terme d'apôtre, excepté pour l'Église de Dieu.

La plupart des gens sont habitués aux termes de pasteur, prédicateur, père, révérend, etc. Ils sont généralement utilisés comme des titres tel que Révérend untel, Père untel, ou Pasteur untel. Cependant, le Nouveau Testament ne parle pas d'une telle structure, composée de descriptifs comme révérend ou père, comme le Christianisme traditionnel les utilisent, et ce genre de descriptifs ne sont jamais utilisés comme des titres. Ceux qui sont mentionnés, comme dans Éphésiens et 1 Corinthiens, sont simplement des descriptions de poste, mais ce ne sont pas des titres, et n'ont jamais été acceptés en tant que tel par l'Église de Dieu dans tout le cours de son histoire.

Il est très intéressant de noter l'une des premières choses que Jésus-Christ a dit sur les descriptifs utilisés comme des titres, lorsqu'on s'adresse à quelqu'un: "Mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi; car un seul est votre Maître, le Christ, et vous êtes tous frères [spirituellement, chaque membre du Corps du Christ, de l'Église], et n'appelez personne sur la terre votre père, car un seul est votre Père, Celui qui est dans les cieux" (Matthieu 23:8). En d'autres termes, personne ne devrait avoir de titre religieux devant leur nom, comme Rabbi, Père, ou Révérend, ni ne devrait se faire appeler de cette manière. Personne n'est Père, personne n'est Révérend.

Ceci devrait commencer à soulever quelques questions sur les croyances et les pratiques très élémentaires qui se trouvent être directement en contradiction avec les instructions même de Christ. Pourquoi cela? Est-ce que ce qu'il dit n'a pas d'importance? Est-il important pour Dieu que nous écoutions et faisions selon ce que Son Fils nous instruit de faire?

C'est vraiment là que certaines questions ont besoin d'être posées. C'est exactement ce qui peut commencer à conduire une personne là où Dieu est vraiment à l'œuvre, et vers les gens avec qui Il est à l'œuvre. Il serait bon à ce stade d'indiquer une autre caractéristique importante, qui est aussi un signe d'identification de ceux que Dieu a invité (appelé) dans une relation avec Lui, pour devenir une nouvelle création.

Dans sa prière la nuit de Pâque, juste avant d'avoir été trahi, lié, sévèrement fouetté et mis à mort par ceux du Judaïsme de l'époque et par le gouvernement qui régnait sur la région, Jésus-Christ exprima quelque chose de très important à son Père. "Père saint, garde, en Ton nom ceux que Tu m'as donnés, afin qu'ils soient un comme nous le sommes" (Jean 17:11).

C'est exactement ce que Dieu a fait. Il a gardé en Son nom, l'Église de Dieu, tous ceux qui ont été, et qui sont maintenant donnés à Christ. Remarquez le nom utilisé pour décrire ceux que Dieu appelait et livrait aux soins de Jésus-Christ:

"Pierre donc était gardé dans la prison; mais l'Église de Dieu ne cessait d'adresser pour lui des prières" (Actes 12:5).

"Paul, appelé à être apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu, et le frères Sosthène, à l'Église de Dieu qui est à Corinthe…" (1 Corinthiens 1:1-2). Paul n'était pas l'un des douze apôtres originaux, mais il fut, à l'époque, appelé à être un apôtre pour le monde païen.

Ainsi, ceux que Dieu a appelé ont été gardés en Son nom, l'Église de Dieu! Elle ne fut pas appelée selon un homme comme l'Église Luthérien, ou l'Église de Wesley. Elle ne fut pas nommée selon une doctrine, comme les Adventistes du Septième Jour, les Baptistes, ou les Témoins de Jéhovah. Elle n'est jamais mentionnée dans les écritures comme l'Église Catholique, l'Église Méthodiste, l'Église du Christ, l'Église Épiscopale, l'Église des Saints du Dernier Jour, ou par aucun des milliers d'autres noms que les organisations ont inventés pour s'identifier elles-mêmes et leurs croyances particulières.

Qu'est-ce que cela représente pour vous? Est-ce important? Ce peut être un grand miroir dans lequel vous regarder en ce moment, puisqu'il vous faut faire un choix, à savoir si vous croyez que ces choses sont importantes pour Dieu, et importantes pour vous, ou non.



La Pâque de l'an 31ap.JC

Depuis le commencement, il n'y a eu qu'une seule Église. Elle commença à la Pentecôte de l'an 31ap.JC. Cette Église n'a pas seulement gardé le nom que Dieu lui a donné, l'Église de Dieu, mais elle connaît aussi la vérité sur la mort et la résurrection de Christ. Les autres Églises, s'appelant elles-mêmes Chrétiennes et qui commencèrent des centaines d'années après Christ, ne connaissent pas la vérité concernant tout ce que Jésus-Christ a réellement accompli et comment il l'a accompli par sa mort. Il est important de comprendre ce qui s'est passé depuis le commencement, lors de la Pâque de l'an 31ap.JC, jusqu'à l'établissement de l'Église à la Pentecôte de cette année-là.

En l'an 31ap.JC, après que Jésus-Christ eut accompli le rôle de la Pâque en mourant ce jour-même pour toute l'humanité (Pâque), il fut placé dans le cœur de la terre, dans une tombe, exactement au coucher du soleil, le 4ème jour de la semaine (mercredi). Jésus-Christ avait déclaré au monde que le SEUL SIGNE qu'il allait donner pour prouver qu'il était le Messie prophétisé, était qu'il allait rester dans le cœur de la terre pendant trois jours et trois nuits. Il déclara que ce serait la même durée de temps que celle que Jonas avait passée dans le ventre du grand poisson.

Nous avons-là un autre exemple de la pure ignorance du Christianisme traditionnel, qui enseigne que Jésus-Christ fut mis à mort en fin d'après-midi le vendredi, placé dans la tombe au coucher du soleil, et qu'il fut ressuscité le dimanche matin. C'est un mensonge! Faites le calcul. Même si vous comptez toute la journée du vendredi comme le premier jour, bien que le moment où il fut placé dans la tombe, fut juste quelques minutes avant le coucher du soleil, et que vous ajoutez toute la journée du samedi, alors vous en arrivez à seulement deux jours et pas trois, comme Jésus-Christ l'avait annoncé. Les experts Bibliques ne sont pas tellement experts ou réalistes dans leur façon de traiter ces discordances.

Ces experts suggèrent que vous pouvez compter les quelques minutes de jour le vendredi, toute la journée du samedi, et les premiers rayons de lumière du dimanche matin comme étant l'accomplissement de trois jours. C'est réellement une prouesse mathématique incroyable, mais même cela n'est pas vrai, et ça n'est pas ce qui s'est passé. Bien entendu, ils ont un problème en ne pouvant compter que le vendredi soir et le samedi soir, puisque ceci ne donne que deux nuits. Comment peuvent-ils justifier cela, disant que ceci avait accompli les trois jours et trois nuits que Christ avait annoncé qu'il allait passer dans le cœur de la terre?

Il n'y a pas assez de temps pour donner plus de détails à ce sujet dans ce livre, ainsi je vais simplement donner un aperçu véritable des événements qui ont réellement eu lieu lorsque Christ est mort.

Tout d'abord, il serait bon d'apporter un bref aperçu de la manière dont les Juifs célébraient le Sabbat hebdomadaire de Dieu, le 7ème jour de la semaine (samedi), et comment ils observaient tous les Jours Saints annuels, qui sont des observances annuelles de Sabbat. Il y a le Sabbat "hebdomadaire" le 7ème jour (le samedi), ainsi qu'il y a sept Sabbats "annuels" (Jours Saints) pendant l'année.

Aucun travail n'était fait pendant ces Sabbats, et ils étaient observés d'un coucher du soleil à l'autre. Pendant quelques milliers d'années, c'est de cette manière que l'on comptait le temps, chaque jour commençant au coucher du soleil le premier jour, et finissant au coucher du soleil le jour suivant, c'était différent de ce que c'est aujourd'hui, puisque maintenant le nouveau jour commence à minuit. Par exemple, le sabbat hebdomadaire commence après le coucher du soleil, le 6ème jour de la semaine (le vendredi), et fini, le 7ème jour de la semaine (le samedi), au coucher du soleil.

Il est nécessaire de comprendre cette méthode pour compter les "jours", d'un coucher du soleil à l'autre, parce qu'elle indique le moment précis où les événements qui entourent la mort de Jésus, ont eu lieu. Il est aussi bon de noter que la Pâque, qui commençait au coucher du soleil, était un temps fixé à observer, mais n'était pas une sainte convocation, ce n'était pas un Jour Saint, ni un Sabbat annuel, c'est pourquoi, il était permis de travailler ce jour-là.

Nous retournons maintenant au récit des événements qui ont eu lieu à la mort du Christ.

La Pâque cette année-là, en l'an 31ap.JC, commença au coucher du soleil, le 3ème jour (mardi) de la semaine, qui était alors le commencement du 4ème jour de la semaine. Jésus-Christ fut arrêté dans la nuit de la Pâque, en ce 4ème jour, et son procès commença. Plus tard, il fut tellement brutalement battu, qu'il est écrit qu'il était devenu méconnaissable. La seule façon pour les Juifs d'obtenir sa culpabilité et sa condamnation, était de menacer Pontius Pilate, le préfet (gouverneur) de la Judée, en déclarant que Jésus avait proclamé être roi. Pilate était décidé à le relâcher, mais il y renonça finalement à cause de la menace des Juifs.

"Dès ce moment, Pilate cherchait à le [Jésus-Christ] relâcher. Mais les Juifs criaient: Si tu le relâches, tu n'es pas ami de César. Quiconque se fait roi se déclare contre César" (Jean 19:12).

Jésus-Christ est mort à la fin de l'après-midi du 4ème jour de la semaine (mercredi), juste avant le coucher du soleil. Un autre mythe du Christianisme traditionnel est que Jésus-Christ est mort sur une croix. Ça n'est pas le cas! Le mot grec traduit par "croix" dans les écritures, n'est pas le mot pour "croix", mais pour décrire un "poteau" ou un "pilier". Ceci va devenir important en ce qui concerne les événements qui entourent la mort même de Jésus-Christ.

Vers la fin du 4ème jour (mercredi), ce qui était la portion de jour de la Pâque, un Jour Saint (le premier jour des Pains Sans Levain) allait commencer au coucher du soleil. Puisqu'un Sabbat annuel allait commencer juste après la Pâque, en ce jour au coucher du soleil, les Juifs voulaient emporter le corps de Christ et l'enterrer rapidement pour qu'aucun travail ne soit accompli lors de ce Sabbat annuel.

Dans le livre de Jean, il est dit qu'au milieu de l'après-midi du jour de Pâque, un soldat était venu et avait percé d'une lance le flanc de Jésus-Christ, et que du sang et de l'eau en sortirent. C'est à ce moment-là qu'il est mort, versant son sang sur la terre. Ce fut là un accomplissement prophétique, puisque le sang des agneaux de Pâque devait être versé sur le sol, et le Christ allait accomplir cette observance une fois pour toute, en devenant la Pâque pour toute l'humanité, par son sang versé sur la terre.

Puisqu'un Sabbat annuel allait commencer au coucher du soleil, et que les Juifs voulaient que les corps soient emportés et ensevelis, des soldats furent envoyés pour briser les jambes des voleurs et de Christ. Vous pouvez lire ces passages par vous-mêmes et vous les trouverez dans les livres de Matthieu, Marc, Luc et Jean. Les soldats, brisèrent les jambes des deux voleurs, mais lorsqu'ils arrivèrent devant Christ, ils furent surpris de voir qu'il était déjà mort, ainsi ils ne lui brisèrent pas les jambes, accomplissant ainsi une autre prophétie, déclarant qu'aucun des os du corps de Christ ne serait brisé.

Pourquoi les soldats sont-ils venus briser les jambes des voleurs? Qu'est-ce que cela avait à voir avec le fait qu'ils voulaient emporter les corps pour les ensevelir avant le coucher du soleil?

C'est du fait que lorsque les jambes sont brisées, alors que le corps est dans une certaine position, cela provoque la mort. Si les bras des voleurs avaient été écartés sur une croix, rien ne serait arrivé après que leurs jambes eurent été brisées. Ils auraient continué à vivre jusqu'à ce qu'ils meurent du manque de nourriture et d'eau, ce qui aurait pris beaucoup plus longtemps que la moitié d'un jour.

Avant de continuer cette explication, étendez vos deux bras comme si vous étiez cloués à une croix, et considérez les effets que cela pourrait avoir sur le corps, si les deux jambes étaient brisées. Si vous étiez pendu là avec vos deux bras écartés, d'un côté et de l'autre, ceci affecte-t-il les fonctions internes de votre corps? Non.

Maintenant, placez vos bras tendus au-dessus de votre tête en superposant vos mains, comme si un seul clou était planté dans les deux mains à la fois au-dessus de votre tête. Remarquez-vous quelque chose de différent comparé au premier exercice? Considérez ce que cela pourrait faire, si vous pendez comme cela de tout votre poids. Quand quelqu'un est étiré de cette manière sur un poteau, ayant un seul clou planté dans les deux mains à la fois, et leurs pieds de la même manière juste en-dessous d'eux, quel effet pensez-vous que ceci aura si les jambes sont alors brisées?

La réponse est qu'ils perdent leur capacité à respirer. Ils vont suffoquer. Lors d'une telle exécution avant que les jambes soient brisés, ils avaient la possibilité de se pousser verticalement pour pouvoir continuer à respirer. Cependant, lorsque les jambes étaient brisées, ils ne pouvaient plus le faire, ce qui résultait en leur suffocation. C'est pourquoi, les soldats vinrent briser les jambes des deux voleurs afin qu'ils meurent plus vite, bien avant le coucher du soleil. Les jambes de Christ ne furent pas brisées, parce qu'il était déjà mort.

Cependant, le Christianisme traditionnel insiste sur l'histoire d'une exécution qui a eu lieu sur une croix. La raison pour laquelle l'histoire du moyen de la mort du Christ a changé en une croix au cours du temps, sera discuté plus tard, avec "la raison" pour laquelle ils ont perpétué un tel mensonge.



L'Enterrement et la Résurrection de Christ

Comme discuté au préalable, Christ est mort en fin d'après-midi, le 4ème jour de la semaine (le mercredi), juste avant le coucher du soleil. Ils ont enlevé son corps du poteau et l'ont placé dans le tombeau d'un homme riche. Juste après avoir placé son corps dans le tombeau, le coucher du soleil arriva, et alors commença le Jour Saint du premier jour des Pains Sans Levain, un Sabbat annuel.

Christ devait rester dans la tombe pendant exactement trois jours et trois nuits, et ce ne pouvait pas être des moitiés de jour ou de nuit, à cause de la comparaison que Christ avait donné de la période de temps durant laquelle Jonas était resté dans le ventre du grand poisson. Le récit Hébreux de cet événement est bien plus spécifique quant au laps de temps exacte; il devait être d'exactement 72 heures – trois jours et trois nuits complets.

Ce qu'il y a de plus incroyable dans tout cela, c'est que ceci allait être le SEUL SIGNE que Jésus-Christ allait donner, prouvant qu'il était le Messie, le Christ. Si le Christianisme traditionnel enseigne qu'il est mort le Vendredi Saint, et qu'il fut ressuscité le dimanche matin, alors Jésus-Christ ne peut pas être le Christ. Donc, qui adorent-ils?

Ce qu'ils enseignent sur ces événements est une doctrine terrible, et ils le font par pure ignorance des Jours Saints annuels, et de la façon dont Israël les observait. Si ceux du Christianisme traditionnel observaient ces jours annuels, selon l'ordre de Dieu de le faire perpétuellement, ils n'auraient pas été ignorants de ce qui s'est réellement passé.

Voici l'ordre des événements, exactement comme ils se sont passés.

Jésus fut placé dans le tombeau juste avant le coucher du soleil, le 4ème jour de la semaine (mercredi). Les femmes n'avaient pas eu le temps de préparer les épices avant que Jésus ne fût placé dans la tombe, comme c'était la coutume pour l'enterrement des gens, et à cause de leur croyance et leur obéissance au Sabbat annuel, elles ne sont pas allées non plus le 5ème jour de la semaine (jeudi), acheter ces ingrédients nécessaires, qu'elles devaient utiliser pour préparer le corps de Jésus. Encore une fois, la raison pour laquelle elles n'ont pas fait ces choses ce jour-là, est dû au fait qu'on ne doit pas travailler ou conduire des affaires pendant les Sabbats. Elles ont attendu jusqu'au 6ème jour de la semaine (le vendredi), pour acheter ces choses et les préparer.

Quand ceux du Christianisme traditionnel lisent le récit de ces événements, ils sont facilement confondus sur l'ordre des choses, parce que les écritures parlent d'un Sabbat en particulier, qu'ils assument simplement être le Sabbat du 7ème jour (notre samedi, qui commence toujours à être observé au coucher du soleil le vendredi). Cependant, il y a au milieu de cette semaine-là un Sabbat annuel qu'ils ne reconnaissent pas, parce qu'on ne leur a jamais enseigné les Jours Saints de Dieu, ou la commande de les respecter. C'est pourquoi, ils concluent simplement que toutes ces choses sont arrivées le vendredi. De toute façon, ces choses ne sont pas très logiques pour eux, et ce n'est pas surprenant, parce qu'ils ne lisent ces événements que comme une simple histoire, et ils ne se soucient pas des détails des événements ou des faits. Cela ne leur vient pas à l'esprit.

Le 6ème jour de la semaine (vendredi), pendant les heures de travail, les femmes achetèrent les choses dont elles avaient besoin. Puis au coucher du soleil le 6ème jour de la semaine, le 7ème jour commença (le samedi), qui était le Sabbat hebdomadaire. Puisqu'on ne travaille pas pendant le Sabbat, elles ne sont pas allées au tombeau à ce moment-là, pour "travailler" à compléter l'enterrement de Jésus. Au contraire, elles ont attendu, pour le faire tôt le matin du premier jour de la semaine (notre dimanche). Certaines d'entre elles sont allées très tôt ce matin-là, avant même le lever du soleil, pour finir leur travail. Cependant, lorsqu'elles sont arrivées, elles découvrirent que Jésus-Christ n'était pas là. Il y avait là deux anges qui leur dirent qu'il était déjà ressuscité – il avait déjà été ressuscité.

C'est là où le Christianisme traditionnel sort de la route dans une autre de ses tangentes, mais celle-ci fut planifiée dans un but extrêmement trompeur, et nous allons en parler. La vérité sur ce qui s'est vraiment passé a été cachée, et l'ordre de ces événements a été tordu et complètement mal-interprété – délibérément!

Il est enseigné que Jésus-Christ fut ressuscité ce dimanche matin, mais les anges avaient déclaré, qu'il avait déjà été ressuscité et qu'il n'était pas là. Ils n'ont pas dit qu'il avait été ressuscité ce matin-là, juste avant qu'elles arrivent. Mais c'est là, la supercherie et le mensonge que le Christianisme traditionnel a transmis.

Si vous revenez au moment où Jésus-Christ a été mis dans le tombeau, et si vous croyez ses paroles, si vous croyez qu'il était la Pâque de toute l'humanité, et le Messie, le Christ, alors il ne devrait pas être difficile pour vous de comprendre quand il a réellement été ressuscité. Pour récapituler, vers la fin du 4ème jour, son corps fut descendu du poteau et mis dans son tombeau juste avant le coucher du soleil. Puis, trois jours entiers plus tard – ce qui est, trois nuits entières, et trois jours entiers – vous amènent au 7ème jour, juste avant le coucher du soleil.

Tout cela commence le 4ème jour (mercredi), juste avant le coucher du soleil. Puis à partir de là, jusqu'au 5ème jour, juste avant le coucher du soleil, c'est le premier jour entier, et de là, allant jusqu'au 6ème jour, avant le coucher du soleil, nous donne le 2ème jour entier. Et de là, jusqu'au 7ème jour juste avant le coucher du soleil, nous amène au 3ème jour entier.

C'est maintenant trois jours complets, tout comme Jésus-Christ l'avait annoncé. Donc il fut en fait ressuscité juste avant le coucher du soleil, le 7ème jour de la semaine, qui est le Sabbat hebdomadaire de Dieu. Il a été ressuscité juste avant le coucher du soleil, lorsqu'une nouvelle semaine, le premier jour de la semaine (le dimanche), était sur le point de commencer. Ainsi, non seulement la résurrection le dimanche matin est un mensonge, mais il ne fut pas ressuscité non plus à aucun autre moment du dimanche, c'est en fait à la fin du Sabbat hebdomadaire (le samedi soir), puisqu'il fut ressuscité juste avant le coucher du soleil, le 7ème jour.



La Seule Véritable Église de Dieu

Après sa résurrection, les premières personnes avec qui Jésus communiqua, en ce matin du 1er jour de la semaine, ne furent pas permit de le toucher, car il leur dit qu'il n'était pas encore monté vers le Père. Il n'était pas encore monté jusqu'au trône même de Dieu pour être accepté de Lui, ce qui était une exigence nécessitant d'être accomplie, selon la loi. L'exigence que Christ devait accomplir était une autre observance que l'on trouve dans les écritures, l'Offrande de la Gerbe Agitée. Cette offrande était toujours agitée en l'air, devant Dieu, le matin du premier jour de la semaine, qui se trouvait toujours au sein de la saison de Jours Saints annuels des Pains Sans Levain.

Comme mentionné auparavant, le 1er Jour Saint de l'année est le Premier Jour des Pains Sans Levain. Sept jours plus tard, c'est le 2ème Jour Saint de l'année, le Dernier Jour des Pains Sans Levain. Donc chaque année, l'Offrande de la Gerbe Agitée tombe le 1er jour de la semaine (dimanche), quelque part au milieu de ces sept jours des Pains Sans Levain.

Jésus-Christ accomplit l'Offrande de la Gerbe Agitée, lorsqu'en ce matin-là, il monta devant Dieu pour être reçu de Lui, et ceci pris place au moment-même où l'Offrande de la Gerbe Agitée était traditionnellement offerte. Cet événement eu lieu tout de suite après que certains furent rendu conscient de sa résurrection, tôt le matin de ce jour.

Après cela, Christ passa les 40 jours suivants avec eux, avant de remonter dans les cieux où il est resté pendant maintenant près de 2000 ans. Il a donné aux disciples des signes que l'Église allait pouvoir reconnaître, comme étant les choses qui allaient précéder sa seconde venue. Presque tous ces signes ont déjà été accomplis, et nous nous rapprochons maintenant rapidement de son retour.

Cette fois-ci, Christ ne va pas venir comme la première fois, où il est venu en tant qu'Agneau de Dieu, dans l'humilité et la soumission à sa mission de mourir pour toute l'humanité, sans résistance ni riposte. Cette fois-ci, il est révélé qu'il reviendra comme un Lion, doté d'une grande puissance qu'il va utiliser pour prendre contrôle de cette terre. Cette fois-ci, il combattra et détruira ceux qui détruisent la terre, alors qu'il agira pour établir le Royaume de Dieu, le gouvernement de Dieu sur la terre, pour les 1100 ans prochains.

Avant de quitter les disciples, Jésus-Christ leur avait dit d'attendre à Jérusalem, afin de recevoir les choses que Dieu leur avait promis, la promesse qu'Il allait déverser Son saint esprit sur eux, et sur tous ceux qui allaient être appelés. C'était 10 jours après le départ de Christ, le premier jour de la semaine, à la Pentecôte, que l'Église commença.

C'était lors d'une Pentecôte que Dieu donna les Dix Commandements aux Israélites. C'était aussi lors d'une Pentecôte que Dieu commença à donner Son saint esprit à ceux qui devaient devenir Son Église. Le fait que ceci est arrivé lors du même Jour Saint annuel que celui où les Dix Commandements furent donnés, contient la signification profonde du seul moyen par lequel l'humanité peut être rendue capable d'obéir à Dieu; c'est en recevant le saint esprit qui œuvre à changer et transformer la pensée même de ceux en qui Il agit.

Bien que nous ayons cru que Christ allait revenir en 2012, son retour sera cependant toujours lors d'une Pentecôte – la Pentecôte de 2019! Il existe un grand dessein derrière la "raison" pour laquelle il n'est pas revenu à cette date, et ceci sera expliqué en détail. Bien qu'il y en a beaucoup qui ridiculisent et se moquent de ce changement, l'utilisant pour essayer de discréditer ce que je dis, avec le temps, les gens seront étonnés de découvrir la raison pour laquelle cette date a changé.

Tout ce qui s'est passé en cette Pentecôte de l'an 31ap-JC, constituait le commencement de la seule véritable Église de Dieu. Mais qui en a entendu parlé? La plupart des églises portant ce nom ne sont pas la véritable Église de Dieu. Puisqu'elles professent de fausses doctrines qu'elles ont reçu d'une autre "vieille" église.

L'Église de Dieu n'a jamais été bien reçue, tout comme c'était le cas pour la plupart des prophètes de Dieu du passé. Beaucoup furent exécutés. Jésus-Christ a parlé de ces choses aux Juifs, leur disant que c'était eux qui tuaient les anciens prophètes. Ils étaient eux-mêmes enclin à le tuer, lui qui était le plus important prophète de Dieu de tous les temps.



Confusion – l'Émergence de Deux Églises

La plupart des gens peuvent facilement suivre dans les écritures, l'histoire d'une Église que les apôtres avaient reçu le pouvoir d'établir en l'an 31ap.JC. De tous ceux qui faisaient partie du monde Juif à l'époque, un très petit nombre parmi ceux qui entendirent les enseignements de Christ, continuèrent de le suivre après sa mort. Ceux du Judaïsme, particulièrement les chefs, leur rendirent la vie difficile, puisque cette nouvelle secte représentait une menace pour eux et leur doctrine. Tout comme ils prirent avantage des réglementations Romaines, pour finalement obtenir l'exécution de Jésus-Christ, ils ont aussi poursuivi ceux qui continuaient à le suivre, cherchant à les exterminer eux aussi.

Du nombre relativement réduit de ceux qui continuèrent à suivre les enseignements de Christ perpétrés par les apôtres, beaucoup furent persécutés. Certains furent emprisonnés et tués, tout comme les anciens prophètes. Il n'était pas facile pour les gens d'être appelés dans l'Église de Dieu. L'Église a toujours été décrite comme étant petite, et bien que Dieu ait continué d'appeler des gens tout au long du règne de l'Empire Romain à l'époque, elle n'est jamais devenue grande, et la plupart des comptes rendus décrivent des familles et des individus se réunissant dans leurs maisons lors du Sabbat.

Les dirigeants Juifs et le gouvernement Romain étaient déterminés à détruire l'Église de Dieu, et Saul était celui qui avait reçu l'autorité de poursuivre les membres de l'Église, de les emprisonner et/ou de les exécuter.

"Saul avait approuvé le meurtre d'Étienne [parlant de donner la permission pour l'exécution d'Étienne]. Il y eut ce jour-là, une grande persécution contre l'Église de Jérusalem; et tous, excepté les apôtres, se dispersèrent dans les contrées de la Judée et de la Samarie" (Actes 8:1).

"Saul, de son côté, ravageait l'Église, pénétrant dans les maisons, il en arrachait hommes et femmes, et les faisait jeter en prison" (Verset 3).

Un ministre du nom de Philippe se trouvait parmi ceux qui furent dispersés dans la région de Samarie. Il était allé prêcher le Christ dans la ville de Samarie, et beaucoup de ceux qui étaient là crurent les enseignements, certains furent même baptisés. Les apôtres restés à Jérusalem, entendirent parler de ces choses et décidèrent d'envoyer Pierre et Jean pour aider Philippe.

Il serait bon à ce stade d'insérer quelques informations sur la région de Samarie, pour aider à comprendre un peu mieux ce qui va être traité.

La région de Samarie était plus large que la Judée. Située juste au nord, c'était la région que la nation d'Israël avait habitée quelques centaines d'années auparavant. Les trois premiers rois qui régnèrent sur tout Israël étaient Saul, David et son fils, Salomon. Durant leurs règnes, Israël était composée de douze tribus. Le mot tribu est utilisé pour décrire la lignée d'une famille particulière, qui au cours du temps, s'était considérablement agrandie. C'était les familles de douze frères qui continuèrent de porter leur nom en tant que tribu. Ces familles descendaient toutes d'Abraham. Il y avait donc Abraham, Isaac et puis Jacob. Le nom de Jacob fut changé pour Israël, et ses douze fils portèrent son nom en tant que nation et peuple; c'est pourquoi, ils étaient connus comme les douze tribus d'Israël. La lignée de chaque frère, portant leur nom, devenait une des tribus. Par exemple, il y avait la tribu de Dan, de Benjamin, de Lévi, etc. Ces tribus sont celles qui se sont agrandies pour devenir un peuple dans le pays d'Égypte, et collectivement, ces douze tribus portaient le nom d'Israël. Quand Moïse est arrivé et que Dieu Se servit de lui pour délivrer Israël de l'Égypte, ils s'étaient développés en quelques millions de personnes. L'Exode elle-même était le déplacement d'un très grand nombre de personnes.

Après 40 ans dans le désert, Dieu les conduisit dans la terre promise où ils ont continué à se développer jusqu'au moment où ils furent rassemblés sous le règne du premier de leur roi, Saul. Après cela, David régna. Mais après son fils, Salomon, un conflit commença sur la question de savoir qui allait régner en tant que roi. Le royaume se sépara, et Juda, la Judée, devint une nation composée essentiellement du peuple Juif et de quelques autres tribus qui restèrent avec eux. Cependant, le reste des tribus d'Israël, qui pour la plupart vivaient dans cette région au nord de Jérusalem, se rebellèrent contre l'autorité du roi de Jérusalem et formèrent leur propre nation, retenant le nom d'Israël. La nation identifiée comme Israël, consistait essentiellement des dix autres tribus, la majeure partie d'entre elles, c'est pourquoi elles avaient gardé le nom d'Israël.

Beaucoup de gens se trouvent confondus à ce sujet, car lorsque le nom d'Israël est mentionné, ils pensent à la nation comme elle est aujourd'hui, essentiellement composée de citoyens Juifs, c'est pourquoi, lorsqu'Israël est mentionnée dans l'Ancien Testament, ils ont tendance à penser qu'il s'agit du peuple Juifs. Ce n'est pas le cas. Le premier endroit où le mot 'Juifs' est utilisé dans les écritures, est le passage décrivant que les Juifs étaient en guerre avec Israël. Ceci a tendance à désorienter les gens.

Quelques centaines d'années plus tard, Israël fut conquise par les Assyriens, et comme c'était leur coutume, ils déplacèrent un autre peuple qu'ils avaient déjà conquis, pour l'installer dans cette région qu'Israël avait occupé. C'était le peuple de la Samarie, qui eux-mêmes avaient été conquis et déplacés. Lorsque les Assyriens déportèrent Israël, ils les emmenèrent dans les régions de l'Europe de l'ouest, où ils perdirent toute connaissance de leur identité. Même Juda (les Juifs) commença à parler d'eux comme des 10 tribus perdues d'Israël.

Même de nos jours, le monde ne sait pas que ces 10 tribus sont devenues les nations modernes de la plus grande partie de l'Europe de l'ouest, y compris les nations de langue anglaise des États-Unis d'Amérique, du Canada, de la Nouvelle Zélande, et de l'Australie. C'est aussi la raison pour laquelle les gens sont en grande partie ignorants des prophéties de fin-des-temps qui prédisent spécifiquement un grand nombre des choses qui vont arriver à ces 10 tribus. C'est particulièrement vrai concernant la tribu de Joseph, qui consiste essentiellement en ces nations de langue anglaise majeures que nous venons de mentionner, ainsi que le Royaume-Uni.

La nation de Juda était principalement Juive (composée en grande partie de la tribu de Juda), et ce sont les mêmes gens qui ont aujourd'hui rétabli la nation d'Israël.

Ce bref récit historique aura son importance plus tard, mais à l'époque, Juda devint une nation séparée au sud de la Samarie. Bien qu'ils n'étaient qu'une seule des tribus originelles d'Israël, Juda, ainsi que Lévi et Benjamin, demeurèrent une nation séparée qui continua à exister sous le nom de la nation de Juda. Ainsi, à l'époque de Christ, il n'y avait pas de nation d'Israël, mais il n'y avait que la Samarie, la région qu'Israël avait occupée auparavant.

C'était dans cette région, qui avait été appelée Israël, et qui maintenant était appelée la Samarie, qu'un grand nombre des membres de l'Église se dispersèrent à la suite de la persécution du gouvernement. C'est à cette époque qu'un homme du nom de Simon entra en scène, et commença quelque chose qui plusieurs décennies plus tard, devint le catalyseur qui contribua à un mouvement colossal, conduisant à l'infiltration d'un volume incroyable de fausses doctrines dans le Christianisme traditionnel. Ce mouvement allait finalement provoquer une grande confusion à travers le monde, au sujet de ce que le Christ avait réellement enseigné. Ce mouvement commença avec cet individu nommé Simon. C'était quelqu'un qui pratiquait la sorcellerie et les arts mystiques. Il avait avec lui des partisans, puisqu'il avait voyagé dans plusieurs endroits de la Samarie, il était bien reconnu et recevait des gains de son activité à divertir, manipuler, séduire, et tromper les gens.

"Il y avait auparavant dans la ville [là où Philippe enseignait] un homme nommé Simon, qui se donnant pour un personnage important, exerçait la magie et provoquait l'étonnement du peuple de la Samarie. Tous, depuis le plus petit jusqu'au plus grand, l'écoutaient attentivement et disaient: 'Celui-ci vient de la grande puissance de Dieu'" (Actes 8:9-10).

Simon voyagea, exerçant ses pratiques, dans toute la région de la Samarie et bien au-delà, obtenant en conséquence une grande popularité. Il se présentait comme un personnage religieux important, en mystifiant ses audiences par ses pratiques et ses histoires trompeuses. C'était son gagne-pain, et il s'en sortait vraiment bien.

Simon avait été fasciné par les histoires de Philippe, et par les miracles qu'il l'avait vu faire. Il voulut même se faire baptiser comme les autres, et ainsi lui aussi fut immergé, mais ce n'était pas pour lui dans le but de la repentance comme pour les autres. Simon avait d'autres motifs.

Avec l'arrivée de Pierre et de Jean, Simon devint encore plus fasciné de les voir imposer les mains sur ceux à qui était donné le saint esprit de Dieu. Ce qu'il voyait était suffisant pour l'amener à croire que ce que faisaient ces ministres ne venait pas d'un pouvoir humain normal.

Il les voyait posséder un pouvoir réel, qu'il croyait être transmissible aux autres. Les disciples parlaient de ce pouvoir comme étant le saint esprit que Dieu avait donné, et c'est ce qu'il voulait. Mais ce n'était pas parce qu'il croyait en ce que les apôtres enseignaient au sujet de la mort et de la résurrection de Christ, ou des choses que le Christ avait enseignées. Il voulait simplement avoir le même pouvoir, pour les ajouter à sa capacité de pratiquer la sorcellerie.

Simon avait été depuis longtemps engagé dans des pratiques mystiques, et s'était livré à une influence et un pouvoir démoniaque. Puisqu'il recherchait ardemment ces pratiques du mal, et s'y offrait volontairement, les êtres maléfiques pouvaient œuvrer en lui bien mieux qu'avec les autres.

Il arriva au point où il en avait entendu assez, et ne contemplait plus que d'essayer d'obtenir ce pouvoir qui était devenu pour lui extrêmement réel. Il offrit de payer les apôtres, pour qu'ils lui donnent le pouvoir du saint esprit. À cette requête, les apôtres le réprimandèrent sévèrement et le rejetèrent immédiatement.

Ceci n'a pas empêché Simon d'incorporer dans ses pratiques une grande partie de ce qu'il avait appris. Il continua d'intensifier ses voyages, mais il se présentait maintenant sous une apparence religieuse calculée.

Simon se servait comme auparavant de ses "pouvoirs mystiques", mais il y avait incorporé des enseignements sur Dieu, sur Christ, et un grand nombre d'histoires qu'il avait apprises des disciples. Il présentait ces choses comme si elles venaient de sa propre expérience, et que lui aussi avait été avec Jésus-Christ. Il en vint au point où les gens étaient beaucoup plus attirés par ses histoires que par la vérité que les apôtres enseignaient. Ses nouvelles méthodes et ses doctrines lui apportèrent une grande notoriété, une admiration, des gains financiers et un nombre de partisans bien plus grand qu'auparavant.

Sa forme de religion et de croyance religieuse fut acceptée par un bien plus grand nombre de gens que celle des disciples, parce qu'il avait composé un mélange de quelques vérités avec les choses qu'il avait déjà apprises et pratiquées avant. Il s'était toujours présenté comme un personnage religieux important, ayant des pouvoirs, mais il le faisait se servant d'enseignements nés du paganisme et des pratiques du culte de Baal, ainsi que d'autres dieux similaires très courants dans la région de Samarie. Il composa un mélange judicieux de coutumes et de croyances païennes, et d'histoires sur Jésus-Christ et le Dieu des Hébreux.

Puisqu'il allait d'une région à une autre, après son départ, son absence créait un vide dont d'autres prenaient avantage pour soutenir ses pratiques religieuses. Ces gens modelaient ces pratiques selon leur propre style d'enseignement, mais c'était toujours dans l'objectif de gain financier, d'influence politique et de notoriété, puisqu'un grand nombre de gens commencèrent à suivre ces idées religieuses avec superstition, comme ils l'avaient fait dans leurs coutumes païennes. Puisque tant parmi eux avaient déjà des croyances païennes, l'addition des histoires des apôtres sur Jésus-Christ rendit les choses encore plus attirantes et humainement désirables, de manière très charnelle et déformée.

Ces pratiques furent incorporées dans des cérémonies religieuses, ainsi que dans les cultes d'autres dieux comme celui de Baal. Ces cérémonies étaient enveloppées de fastueuses décorations, d'habillages colorés et flamboyants, toujours plein de reliques et d'objets religieux supposés posséder des pouvoirs servant de genre de talismans, comme des fenêtres ou des clés supposées ouvrir la communication avec Dieu, le Christ, ou des "saints" qu'on disait être dans les cieux. Les gens finirent par croire que ces objets, sous forme de talisman, pouvaient eux-mêmes posséder des pouvoirs et obtenir des faveurs.

En fait, ces groupes commencèrent même à s'appeler eux-mêmes Chrétiens. Avec le temps, certains parlèrent de Simon comme étant Simon-Pierre, l'apôtre principal. En l'an 150ap-JC, deux sortes de gens très différents vivaient côte-à-côte, chaque groupe s'appelant eux-mêmes Chrétiens. Cependant, un seul a retenu le nom de l'Église de Dieu, et un seul a continué dans les enseignements de Jésus-Christ et des apôtres.

Le faux mouvement n'enseignait que des choses "au sujet du Christ" et pas ce qu'il enseignait, comme les choses que les gens devaient croire, auxquelles ils devaient obéir, et comment ils devaient vivre. Au cours des 100 ans qui suivirent, ce faux mouvement évolua de lui-même, et il ne fut pas long pour qu'il devienne connu dans le monde et que ces fausses doctrines soient établies comme la religion officielle d'état – la religion officielle d'un empire.



Herbert W. Armstrong

Le chapitre suivant traitera de quelques fausses doctrines majeures qui sont devenues une religion officielle d'état, mais pour le moment, il est juste nécessaire de noter qu'il n'y a toujours eu qu'une seule Église ayant continuée depuis son commencement en l'an 31ap.JC. C'est l'Église de Dieu, et elle a été conduite par une longue lignée d'apôtres, que Dieu et Christ ont fourni. Cette Église n'a jamais disparu, bien que Satan ait souvent essayé de la détruire.

Dans l'histoire de mon appel, que j'ai raconté au commencement de ce chapitre, Dieu avait finalement ouvert ma pensée pour comprendre les enseignements de l'apôtre qu'Il avait donné à Son Église. Comme je l'ai mentionné, c'était Herbert W. Armstrong. Bien que beaucoup de gens dans des régions différentes du monde connaissaient Son nom, à cause du magazine La Pure Vérité, et des émissions de radio et de télévision intitulées "Le Monde à Venir" [The World Tomorrow], la plupart d'entre eux n'ont jamais réalisé son importance. Bien qu'il fut identifié comme un apôtre, le Christianisme traditionnel ne l'a jamais reconnu comme étant un apôtre de Dieu, autant que l'étaient les douze originaux.

L'Église de Dieu est toujours restée relativement petite, spécialement quand on la compare avec les autres religions du monde. À l'Époque de M. Armstrong, l'Église grandit jusqu'à cent trente mille personnes, y compris les enfants et les adultes. Les Églises du Christianisme traditionnel, dont le nombre de membres autour du monde approchait les deux milliards à l'époque, détestaient l'Église de Dieu lorsqu'ils entraient en contact avec ses enseignements, et la raison en était qu'ils avaient de la haine pour les doctrines qu'elle enseignait.

Les enseignements de l'Église de Dieu n'ont jamais été populaires. Bien au contraire, la plupart des gens ont détesté les vrais enseignements de Dieu, de Jésus-Christ et de l'Église de Dieu depuis son commencement en l'an 31ap.JC. Cette haine s'est souvent répercutée sur ses membres, mais c’était avant tout les dirigeants de l'Église qui étaient la cible principale de la haine et l'amertume, puisqu’ils étaient accusés d'enseigner ces choses pour produire des partisans.

De tous les douze apôtres d'origine, un seul fut connu pour avoir vécu jusqu'à un âge avancé, et pour avoir connu une mort naturelle, c'était Jean. Il a vécu jusqu'à plus de quatre-vingts ans, et même peut-être un peu plus, mais nous n'avons pas tous les détails. Il a écrit un des premiers livres, décrit comme l'un des Quatre Évangiles, l'Évangile selon Jean, ainsi que le 1er, le 2ème, et le 3ème livre de Jean.

Cependant, Jean a écrit un autre livre qui est centré sur les événements de fin-des-temps, à la fin de l'âge du règne-autonome de l'humanité sur la terre. Dieu et Christ ont donné à Jean la capacité de visualiser des choses qu'il a écrites dans le Livre de l'Apocalypse, décrivant certains événements prophétiques pour le futur. Tout ce qui est écrit dans l'Apocalypse lui fut donné dans l'Ile de Patmos, lorsqu'il était emprisonné par le gouvernement Romain. Jean était un apôtre unique, puisque aucun autre apôtre du début n'avait, dans le ministère, l'office d'être à la foi un apôtre et un prophète.

Cependant, concernant tous les autres apôtres du début, on pense que selon de nombreuses traditions et des écrits, ils ont tous été emprisonnés, certains à plusieurs reprises, mais que tous finalement furent tuer sous l'ordre du gouvernement et des chefs Juifs, tout comme Jésus l'avait été. Même avant la mort de Jésus, Jean Baptiste fut décapité, et bien entendu, Étienne fut mis à mort peu de temps après le commencement de l'Église.

Il est écrit que Hérode a tué Jacques, le frère de Jean, par l'épée.

Paul, l'apôtre au monde païen, fut battu, lapidé, emprisonné, et gardé en résidence surveillée pendant une longue période, avant d'être finalement exécuté. Franchement, depuis cette époque, les gens ont continuellement haï le message que les apôtres et les enseignants de Dieu ont amené, et en conséquence, bien d'autres dirigeants de l'Église de Dieu ont été emprisonnés et/ou tués.

À l'époque de mon appel, M. Armstrong était l'apôtre de Dieu. Il est mort en Janvier 1986, mais jusqu'à aujourd'hui, l'internet est plein d'une haine intense contre lui. Beaucoup de ce qui est écrit contient des choses inventées, déformées, des mensonges purs sur lui et la vie qu'il a mené. Cependant, il est surprenant que la plupart des gens qui lisent ces choses "choisissent" de les croire, toutes ou en grande partie, ils ont dans leur esprit un préjugé contre lui, dû uniquement à la doctrine qu'il enseignait, les vérités de Dieu, qu'ils rejetaient eux-mêmes complètement, ou en partie.

Beaucoup de gens faisant partie de l'Église de Dieu et ayant écrit des choses sur l'internet à un moment ou un autre, se sont plus tard tournés contre elle, comme Dieu et le Christ l'avaient prédit. Ce sont ceux qui ont reçu de Dieu, par une invitation directe, l'opportunité de commencer une nouvelle création, mais qui plus tard rejetèrent ce que Dieu leur offrait et leur enseignait. Ils se sont détournés de la grâce et de la faveur, que Dieu leur avait donné.

Certains d'entre eux sont allés si loin dans leur amertume et leur haine, faisant exactement ce qu'a fait Lucifer, que leur pensée s'est retrouvée fixée contre Dieu. Dieu ne forcera jamais personne à recevoir Son mode de vie, s'ils n'en veulent pas, même si après avoir reçu son invitation, ils s'en détournent; c'est leur choix délibéré. La création de Dieu au sein de la pensée de l'humanité ne peut pas se voir complétée dans la personne qui ne la veut pas.

Dieu appela Herbert W. Armstrong pour être apôtre dans Son Église, et pour accomplir une prophétie spécifique de la fin-des-temps. Elle se trouve dans ce que Christ donna à Ses disciples, parlant des signes qui allaient précéder sa venue. Ils demandèrent à Christ, "Dis-nous, quand ces choses arriveront-elles? Quel sera le signe de ta venue [le signe de sa venue dans son Royaume en tant que Messie] et de la fin de ce 'monde' [grec – un mot pour 'âge', et dans ce contexte, 'l'âge' du règne-autonome de l'humanité]" (Matthieu 24:3).

Les disciples croyaient à l'époque que ces choses allaient être accomplies durant leur vie, et que Jésus-Christ allait alors s'emparer du règne des gouvernements de toute la terre. Ils n'avaient aucune idée qu'il allait tout d'abord être tué, puis être ressuscité à la vie d'esprit et rester dans les cieux au côté de Dieu pour près de 2000 ans. Même après la mort de Jésus, ils croyaient toujours qu'il allait revenir pendant leur vie.

M. Armstrong comprenait qu'il y avait une écriture en particulier qui s'appliquait prophétiquement à lui, et que c'était la commission principale que Dieu lui avait donnée d'accomplir. Il faisait très souvent référence à cette commission en citant ce verset, parce que Dieu lui avait donné de savoir que c'était à lui de l'accomplir. Il était autant certain que cette commission lui avait été donnée de Dieu, qu'il l'était de chacune des vérités qui lui avaient été aussi données. Il savait d'où venaient ces choses; elles venaient de Dieu.

Comment avait-il pu être si certain et si dogmatique sur ces choses? Il peut être plus facile de comprendre comment les apôtres du début pouvaient être si certains et si dogmatiques sur les choses qu'ils enseignaient, dû aux expériences qu'ils avaient vécues, d'avoir été personnellement avec Jésus-Christ et enseignés par lui. Même Paul a vécu une expérience très impressionnante, l'amenant à la conversion, après avoir été frappé d'aveuglement, alors que Christ lui parlait directement, bien que Christ n'était pas littéralement devant lui à lui parler, mais qu'il était dans les cieux à ce moment-là.

Donc, que dire de Herbert W. Armstrong? Il avait un "sentiment de savoir" absolu, c'est ce dont nous avons parlé sur la façon dont Dieu communique directement avec la pensée humaine. Les gens s'attendent à entendre des voix, ou que la présence personnelle d'un ange ou de Christ lui-même est le moyen par lequel Dieu donne des directions, des instructions, et la vérité à Ses serviteurs. Ce sont là les attentes physiques d'une mentalité et d'une façon de penser très humaine. Cependant, ce n'est pas la manière principale par laquelle Dieu a œuvré avec Ses apôtres et Ses prophètes.

Comme déclaré dans le livre des Hébreux, il est vrai qu'au cours des siècles, Dieu a parlé aux prophètes de différentes manières. Moïse a eu l'expérience d'entendre Dieu lui parler directement à partir d'un buisson en feu. Il fut auparavant mentionné que Dieu avait eu une conversation avec Abraham, alors qu'Il s'était manifesté à lui sous la forme d'un corps physique. Mais ce corps n'était pas Dieu Tout-Puissant. C'était simplement la manifestation physique d'un corps sous une forme et une apparence humaine, que Dieu a utilisé pour pouvoir rencontrer Abraham, ou pour mieux dire, afin qu'Abraham puisse Le rencontrer.

C'est par Melchisédech que Dieu s'est révélé à certains, et il envoya l'archange Michael à d'autres. Il existe même un récit selon lequel Dieu parla à un homme par un âne.

Cependant, comme avec presque tout le monde depuis le temps des premiers disciples, Dieu a communiqué directement dans la pensée des individus. Pour l'Église, c'est par ce moyen que Dieu a révélé la vérité et donné l'intelligence spirituelle à ceux qu'Il avait appelés. Pour les apôtres, c'était plus que cela, puisqu'Il leur donnait aussi des directives et des instructions, ou un sentiment de savoir les choses qu'ils devaient faire, qui se situe au-delà de la simple révélation de Sa parole, afin de conduire l'Église comme Dieu et Christ l'entendaient.

La vie de Herbert Armstrong fut remplie d'expériences où Dieu lui communiquait Sa volonté sur les choses à faire ou à accomplir. Il en été de même avec cette écriture; il savait qu'elle le concernait, lui et la commission que Dieu lui avait donnée d'accomplir. Voici le verset qu'il citait si souvent comme étant sa commission.

"Cette bonne nouvelle du Royaume sera prêchée dans le monde entier comme un témoignage à toutes les nations, et alors viendra la fin" (Matthieu 24:14).

Il serait bon d'ajouter ici quelques détails sur la façon dont Herbert W. Armstrong a répandu l'évangile (la bonne nouvelle), du véritable mode de vie de Dieu et du Royaume de Dieu. Comme mentionné auparavant, ces choses furent accomplies à très grande échelle par des littératures imprimées, envoyées gratuitement à tous ceux qui les demandaient, et par les médias de la radio et de la télévision. Mais Dieu lui donna aussi d'utiliser un autre moyen pour accéder à d'autres régions du monde, c'était par des rencontres directes avec les chefs d'états de certains pays du monde, qui eux-mêmes étaient responsables des peuples de leurs nations – responsables devant Dieu. Ceci aussi contribua à accomplir Matthieu 24:14.

Il est très probable que vous n'avez jamais entendu parlé de cet homme, que Dieu et Christ ont suscité pour accomplir une œuvre avant que les événements de fin-des-temps ne commencent, avant que le compte à rebours pour la venue du Christ puisse commencer. Depuis sa mort, beaucoup de choses du livre de l'Apocalypse ont été accomplies. Ce sont des choses qui ne peuvent pas être vues du monde, mais seulement de l'Église de Dieu. Cependant d'une certaine manière les choses ont changé depuis 2008, car d'autres événements prophétiques, d'une nature plus matérielle, commencèrent à s'accomplir. Considérons donc pour un moment, ce que Dieu a fait par Son apôtre, à qui Il donna d'accomplir le verset prophétique de Matthieu 24:14.

Bien que M. Armstrong ait reçu de la part des chefs de nations des prix et des honneurs, certains même parmi eux attirés à lui par une profonde affection, ils ont cependant tous rejeté le message de l'évangile qu'il leur apportait, au sujet du Royaume de Dieu.

M. Armstrong reçu dès le début un présent très spécial du Roi Léopold III de Belgique. C'était une montre faite par son père, le Roi Albert 1er, sertie dans le métal d'un boulet de canon d'un champ de bataille de la 1ère Guerre Mondiale. Le Roi Albert avait fait fondre le boulet de canon pour en faire la monture de quatre montres, dans le but de les offrir à quatre personnes qu'il considérait avoir contribué de manière significative à la paix dans le monde. Le roi n'a jamais trouvé quelqu'un digne de recevoir la quatrième montre, et ainsi, il la passa à son fils, qui fut inspiré de la donner à M. Armstrong en 1970.

M. Armstrong fut connu de beaucoup comme "un ambassadeur de paix mondiale sans portefeuille". Il porta le message de l'évangile au Prince Mikasa et à un certain nombre des membres du Régime (Diet) Japonais. L'Empereur Hirohito conféra sur Herbert W. Armstrong l'Ordre du Trésor Sacré, Deuxième Classe – une des plus hautes décorations qui puisse être présentée à un non-Japonais. Durant une période d'une vingtaine d'année, sept premiers ministres Japonais successifs comptèrent M. Armstrong comme un ami personnel et un conseiller. Certains membres du Régime (Diet) Japonais s'appelaient eux-mêmes les fils Japonais de M. Armstrong. Cependant, aucun de ces leaders n'accepta le message de la venue du Royaume de Dieu.

M. Armstrong avait une amitié affectueuse avec le Roi Hussein de Jordanie, le Roi Bhumibol Adulyadej et la Reine Sirikit de Thaïlande, et les premiers ministres d'Israël y compris Golda Meir et Menachem Begin. Parmi ceux qui le comptaient comme un ami personnel, se trouvaient le Président Égyptien Anwar El Sadat, Jomo Kenyatta qui fut le Fondateur et le Premier Président du Kenya, l'Empereur Hailé Sélassié d'Éthiopie, le Maire de Jérusalem, Teddy Kollek, et un ami de longue date, Nagendra Singh, qui était juge à la Cour Mondiale de La Hague, en Hollande.

Herbert W. Armstrong eut aussi des rencontres personnelles avec des leaders comme le Premier Ministre, Margaret Thatcher du Royaume Uni; Juan Carlos, le Roi d'Espagne; le Président Égyptien Hosni Moubarak; et le Premier Ministre de l'Inde Indira Gandhi. Cependant, de tous ces leaders mondiaux, aucun ne reçut le message qu'il porta de la venue prochaine du Royaume de Dieu.

Le Président Ferdinand Marcos décora M. Armstrong de la Médaille du Mérite Présidentiel "pour sa présence morale et son irrésistible influence à pousser le gens vers la création d'un ordre mondial juste et pacifique". Il reçut la décoration du "Commandant de Notre Ordre le Plus Noble de la Couronne de Thaïlande". Cependant, aucun de ces leaders, ni leurs peuples, n'acceptèrent le message de la prochaine venue du Royaume de Dieu.

D'autres dirigeants avec qui M. Armstrong eut des rencontres, inclus le Président Allende du Chili, le Président Suharto d'Indonésie, le Président du Sud Vietnam Nguyen van Thieu, et il fut invité en Roumanie par le Président Nicolae Ceausescu. M. Armstrong rencontra aussi Deng Xiaoping de la République du Peuple de Chine, et fut le premier leader Chrétien à visiter officiellement les dirigeants à l'intérieur de la Chine, néanmoins ceci ne fut pas communiqué dans le monde. Lors de cette visite sans précédent, il s'adressa aux officiels de 76 nations dans le Grand Hall du Peuple à Beijing. Il parla du chemin de la paix véritable, et pourquoi l'humanité échoue à l'accomplir.

M. Armstrong reçu beaucoup d'autres honneurs et visita un grand nombre d'autres dirigeants mondiaux, mais pour le monde occidental vers qui Dieu avait principalement envoyé M. Armstrong pour proclamer Son message, ces choses sont pratiquement passées inaperçues. Il devrait être noté aussi qu'une nation en particulier, à qui il avait été envoyé, ne l'a pas reconnu, ni reçu. Ce sont les États-Unis d'Amérique, qui sont le point central d'événements cataclysmiques prophétiques qui se dérouleront pendant la période finale de la fin-des-temps. À l'approche de la fin-des-temps, Dieu accomplit une promesse de faire de ce peuple en particulier, la nation la plus riche et la plus puissante que le monde a jamais connu. Dieu accomplit cette promesse qu'Il avait faite à l'un des frères – une des tribus – mentionnées auparavant, mais même après avoir reçu toutes ses bénédictions, ils ont toujours rejeté celui que Dieu leur avait envoyé.



Le Dernier Apôtre

L'Église de Dieu opérait à cette époque sous le nom organisationnel de l'Église Universelle de Dieu. Pendant un certain temps après la mort de Herbert W. Armstrong en 1986, l'Église s'est trouvée sans apôtre. Un homme, étant un ministre de l'Église, avait été placé en position d'autorité, mais il ne fut jamais en position d'être un apôtre. Nous donnerons plus de détails à son sujet et sur le rôle prophétique qu'il a joué dans cette fin-des-temps, puisqu'il allait devenir le deuxième et dernier individu à être connue sous le nom de "fils de perdition".

Le premier "fils de perdition" était Juda Iscariote, l'un des douze disciples originaux et celui qui trahit Jésus-Christ, provoquant son arrestation en cette dernière nuit de Pâque. Cependant Dieu avait déterminé qu'il devait y avoir douze disciples avec Jésus-Christ, "témoins" de son enseignement et des choses qu'il avait faites pendant son ministère. Juda fut donc remplacé par quelqu'un d'autre, qui avait été avec Christ pendant toute la période passée avec les disciples.

Dans l'espace de neuf ans seulement, cet homme qui dirigeait alors l'Église avec d'autres leaders, s'arrangea pour détruire pratiquement toute l'Église de Dieu. C'est quelque chose qui pour le reste du monde est passé complètement inaperçu, parce que personne ne reconnaissait la seule véritable Église de Dieu. Bien que cela sera traité plus tard, cet événement était le signe prophétisé principal que Jésus-Christ avait donné de son retour dans Matthieu 24. Cet événement qui eut lieu dans l'Église, commença "le compte à rebours" des jours et des périodes spécifiques qui allaient conduire exactement au jour de la venue du Christ. Ce compte à rebours et toutes ces dates seront expliqués dans un autre chapitre.

Certains aiment citer ce que Christ avait dit en rapport avec le moment de son retour. Il déclara que personne ne connaît le jour ou l'heure. La raison pour laquelle ils citent ce verset vient de leur détermination à se moquer, discréditer, et détourner les gens de ce qui m'a été donné de dire, tout comme ce fut le cas depuis le commencement. Cependant, ils ne comprennent pas ce que ce verset déclare, et ce que d'autres écritures révèlent à ce sujet. Comme nous l'avons dit, tout cela sera traité plus tard.

Quand cet événement prophétique a eu lieu, un second "fils de perdition" trahit Christ, et le Premier Sceau de l'Apocalypse fut ouvert. Il en résulta que l'Église fut dispersée dans le monde entier. Lorsque c'est arrivé, le 17 décembre 1994, le compte à rebours pour la venue de Christ commença. Dans l'espace des trois ou quatre années qui suivirent, l'Église d'origine était devenue tellement fragmentée et divisée qu'elle produisit plus de 600 organisations différentes. Cependant, un seul groupe allait continuer en tant que la véritable Église de Dieu.

Nous en revenons donc maintenant où nous étions au début de ce chapitre, et je reprends ce qui m'a toujours rendu mal à l'aise, qui est de parler de moi. Néanmoins, c'est exactement ce que Dieu m'a chargé de faire.

Quand j'ai écrit le premier livre, La Fin Des Temps Prophétisée, publié en 2004, Dieu m'avait révélé qu'il me fallait déclarer que Lui et Christ avaient fait de moi un prophète pour Son Église. Je ne voulais pas vraiment faire cela, et j'ai résisté pendant un certain temps, jusqu'à ce que je réalise finalement que je n'avais pas d'autre choix que de faire ce que Dieu m'avait donné de faire.

Depuis le temps où je suis devenu membre de l'Église en 1969, je savais qu'il n'y avait pas eu de prophète dans l'Église de Dieu pendant toute cette période. C'était en quelque sorte un terme étranger à l'Église, et à la base, quelque chose qu'on reconnaissait comme faisant référence à des personnes comme Ézéchiel, Ésaïe, Jérémie, et autres prophètes dont Dieu S'était servi des centaines d'années avant l'époque de Christ. Bien que Jean, qui parmi les apôtres d'origine avait été un prophète, l'Église le reconnaissait essentiellement comme un apôtre. Mais depuis le l'époque de Jean, Dieu n'a tout simplement pas eu le dessein de placer quelqu'un dans cette position, jusqu'à ce qu'Il me donne de l'écrire dans ce livre. Même à l'époque, je résistais encore et ne voulait pas proclamer le rôle complet d'un prophète, mais seulement une partie de la définition comme c'est écrit au dos de la couverture à mon sujet: "Puis, en 1997, il fut appelé à être prophète pour la fin-des-temps. Dans ce contexte, un prophète est celui 'à qui est donné l'interprétation inspirée des prophéties écrites'".

Au fil du temps, je fini par savoir et fut alors en mesure d'accepter le fait d'être un véritable prophète de Dieu. J'en étais venu à voir beaucoup de choses, de ce que Dieu m'avait donné de savoir, quelque chose que seul un vrai prophète de Dieu pouvait faire. Cependant ceci même ne simplifiait pas les choses pour moi, mais au contraire, elles les compliquaient un peu plus. Même à cette époque, je ne réalisais pas encore qu'Il avait avant tout fait de moi un apôtre, avant même d'avoir fait de moi un prophète. Dieu avait suscité un dernier apôtre pour conduire l'Église hors de la destruction qu'elle avait connue en décembre 1994. J'avais reçu la charge de rassembler un restant prophétisé de l'Église, qui allait continuer jusqu'au retour même de Christ.

Donc, en effet, je suis un apôtre et un prophète de Dieu et de Jésus-Christ pour l'Église de Dieu, et pour le monde, dans cette période finale de la fin-des-temps. Je suis le dernier apôtre dans cet âge du règne-autonome de l'humanité.

Et bien plus encore, puisque je suis aussi la contrepartie de Jean qui a écrit le Livre de l'Apocalypse. Il fut le seul autre apôtre que Dieu a aussi fait prophète. Jean a écrit le livre, mais il n'a pas compris les révélations qu'il contenait. Cela n'était pas pour son époque, mais c'était pour la fin-des-temps qui allait conduire au retour de Jésus-Christ dans le Royaume de Dieu, et qui allait régner sur toute l'humanité pendant 1100 ans. Presque tout le Livre de l'Apocalypse traite des choses qui vont avoir lieu dans la fin-des-temps, conduisant à l'établissement du Royaume de Dieu sur la terre pour 1100 ans.

Tout comme Jean fut emprisonné dans l'Ile de Patmos où il lui fut donné d'écrire le contenu du Livre de l'Apocalypse, je suis moi aussi couramment en prison, alors que j'écris ce livre.

Le gouvernement des États-Unis m'a accusé d'avoir volontairement et délibérément évité le paiement des impôts. Ce que j'ai as dire à ce sujet importe peu, puisque les gens croient ce qu'ils veulent. J'ai déjà annoncé certaines de ces choses sur le site-web du livre. Il ne sert à rien d'essayer de dénouer ce qui a été tordu et déformé concernant la vérité. Dieu le fera Lui-même très bientôt.

Néanmoins, je vais juste ajouter quelque chose à ce sujet. Depuis que j'ai été appelé dans l'Église en 1969, j'ai toujours été aussi fidèle dans le paiement des impôts, que j'ai toujours pensé être dû au gouvernement, que j'ai été obéissant à Dieu dans le paiement de Ses dîmes et des offrandes. Je n'ai jamais été malhonnête dans les calculs de paiement de l'un ou de l'autre. Jésus-Christ a dit de rendre à César ce qui appartient à César (les impôts à notre gouvernement) et à Dieu ce qui appartient à Dieu. Je me suis toujours efforcé de faire les deux sincèrement et fidèlement.

Jean a écrit le livre de l'Apocalypse, mais Dieu m'a donné de montrer l'interprétation et la signification complète de ce qui y est écrit. Dieu avait donné à Herbert W. Armstrong un certain niveau de compréhension sur certains passages de l'Apocalypse, ce qui concernaient essentiellement la grande fausse église et la dernière renaissance de l'Empire Romain Européen. Il y avait eu six renaissances préalables qui ont souvent été décrites comme des renaissances de l'ancien Saint Empire Romain. La sixième avait eu lieu sous le régime d'Hitler pendant la Deuxième Guerre Mondiale. Une autre est prophétisée d'arriver, et elle a été en cours de formation pour maintenant près de 66 ans. Elle est prophétisée d'être l'association de dix nations qui formeront la configuration finale des États-Unis d'Europe.

Il reste beaucoup à dire à ce sujet, mais mes expériences en tant que ministre de Dieu, suivent le verset que M. Armstrong avait reconnu comme étant sa commission. Il n'a jamais lu au-delà de ce verset, parce que ce qui suit était pour une autre époque. Le verset suivant représente le commencement de mon expérience et mon travail, et cela continue à travers les versets qui suivent.

Cependant, la commission qui m'a été donnée, est principalement décrite dans le Livre de l'Apocalypse. C'est dans les chapitres 10 et 11. Apocalypse 10 nous donne le récit d'un "petit livre" qui se trouvait dans la main de l'ange, et qui fut donné à Jean de manger. Ce "petit livre" (ou petite rouleau parchemin) contenait ce qui était écrit au sujet des Sept Tonnerres. Il ne fut pas permis à Jean de prendre en compte ce qui était écrit sur ces Sept Tonnerres, mais Dieu m'a donné de les écrire et de les révéler. Tout cela sera décrit dans un autre chapitre.

L'Apocalypse 11 est une prophétie au sujet de deux prophètes de Dieu qui allaient finir Son œuvre, conduisant directement à la venue de Jésus-Christ. L'œuvre principale de ces deux personnes devait être accomplie durant une période de temps précise. C'est la 7ème et dernière période de 1260 jours, contenue dans le compte total qui mène jusqu'à la venue du Christ. Ces deux prophètes ont aussi reçu le titre des deux témoins de fin-des-temps de Dieu. Je suis moi-même l'un des deux, et ma femme, Laura, est l'autre.

Le grand plan de Dieu s'attache à la "famille". Ce que cela signifie réellement et la plénitude qui peut être vécue dans la famille – dans la famille humaine autant que dans la Famille de Dieu – a été pratiquement perdue depuis le commencement même, après qu'Adam et Ève se détournèrent de Dieu et que le monde a suivi leur pas depuis lors. Dans le Millénaire, un des objectifs principaux de Dieu est de ré-établir ce qui a été perdu, et d'établir et grandement bénir "la famille".

Dieu a œuvré avec Abraham et Sara et leur famille. Ce sont les descendants de leur lignée qui sont devenus ce que nous connaissons comme la nation d'Israël. C'était une nation physique, mais les prophéties concernant Israël consistent en une nation spirituelle que Dieu est en train de créer. Elle sera composée de toutes sortes de nationalités et de races de gens. C'est souvent décrit comme "l'Israël de Dieu", qui représente une famille née de l'esprit qui vivra pour toute éternité. L'Israël physique n'a pas suivi les voies de Dieu, mais l'Israël spirituelle les suivra.

Le fait que Dieu a œuvré avec Abraham et Sara, est souligné ici pour illustrer le désir profond de Dieu à œuvrer avec les familles, puisqu'Il a commencé Son œuvre avec une famille physique, pour enseigner des choses sur une famille beaucoup plus extraordinaire qui va suivre. C'est la "famille" que Dieu Se prépare à bénir dans le Millénaire. Tout est sur le point de changer énormément, dans les familles et la société. Une des choses les plus fascinante, est la révélation que Dieu a donnée au cours des quelques dernières années.

La Genèse rend compte des deux premières personnes, Adam et Ève, désobéissant à Dieu. Ils étaient censés être la première famille à être bénie d'expériences de la vie. À cause de leur péché, ils attirèrent des malédictions sur eux-mêmes et sur toutes les générations qui suivirent, et il en fut ainsi dès lors puisque tous ont suivi le même cours naturel de l'égoïsme qui existe chez tous les humains. Ils n'ont pas suivi le modèle que Dieu leur avait donné sur la manière dont les familles devaient vivre selon Ses voies. Au contraire, ils commencèrent à vivre "à leur manière", basée sur la nature humaine brute et égoïste. Il est décrit comment la femme a été maudit à partir de ce moment-là, et depuis cette époque, les femmes n'ont pas été traitées à l'égal de l'homme dans la création de Dieu, mais plutôt comme des servantes et même en grande partie comme des objets sexuels. L'humanité est malade, et Dieu a révélé que cette malédiction va maintenant commencer à être enlevée pendant le Millénaire. L'Église de Dieu a déjà commencé le processus de retirer cette malédiction.

Les familles vont apprendre à être structurées et à vivre de la manière que Dieu avait prévu depuis le commencement. Des équipes véritables de mari et femme vont devenir la norme, alors qu'ils apprendront à travailler et partager la vie ensemble selon la manière que Dieu avait toujours prévue. La femme n'est pas la servante de l'homme! Cette lutte est sur le point de finir, et nous rendons grâces à Dieu pour cela!

Ma femme et moi avons été une équipe dans l'Église de Dieu depuis 40 ans, et je suis reconnaissant de pouvoir dire que c'est juste le commencement. Nous avons servi ensemble dans le ministère de l'Église de Dieu pendant 34 ans. Nous avons été extrêmement bénis, et maintenant Dieu nous a tous deux donné une œuvre d'équipe à accomplir ensemble. C'est notre commission, celle que Dieu et Christ vont accomplir par nous, qui conduira jusqu'au retour littérale de Christ, et finalement, à l'établissement du Royaume de Dieu sur terre.